Retour

Les audiences pour la remise en liberté de l'ex-juge Delisle reprennent à Québec

La Couronne présentera sa nouvelle preuve balistique, aujourd'hui, dans le cadre de la demande de remise en liberté de l'ex-juge Jacques Delisle, au palais de justice de Québec.

L'homme de 81 ans nourrit toujours l'espoir de pouvoir passer les Fêtes en compagnie des membres de sa famille. Il purge en ce moment une peine de prison à vie pour le meurtre de sa conjointe, Nicole Rainville, tuée d'une balle à la tête dans le condo du couple en novembre 2009.

L'ex-juge qui a toujours soutenu qu'il s'agissait d'un suicide a fait une demande de révision judiciaire à la ministre fédérale de la Justice.

Au terme de quatre jours d'audience en octobre pendant lesquels les avocats de Delilse ont tenté de convaincre un juge de le remettre en liberté, la poursuite a obtenu la permission de présenter une nouvelle preuve.

Les avocats de Delisle s'y opposaient, mais le juge Benoit Moulin qui doit décider de la libération ou non du quadragénaire, veut l'entendre avant de trancher.

La Couronne entend démontrer que la thèse du suicide avancée par les experts de l'ex-juge ne tient pas la route. De nouveaux tests balistiques le démontreraient.

La défense prétend que la balle a ricoché dans le cerveau de Nicole Rainville à la suite d'un tir à angle droit sur la tempe gauche, ce qui explique une fracture sur la tempe intérieure droite de la conjointe de Jacques Delisle. La balle a été retrouvée à l'intérieur du crâne de Mme Rainville lors de l'autopsie.

Vidéo à l'appui, la poursuite entend démontrer qu'une balle tirée dans l'angle proposée par la défense serait nécessairement sortie du crâne.

Face à cette nouvelle preuve, les avocats de Jacques Deslisle ont réclamé un temps de préparation, ce qui explique la reprise des audiences après une pause de six semaines.

Plus d'articles

Commentaires