Retour

Les Bleuets du Vire-Crêpes souffle ses 20 bougies

L'entreprise Les Bleuets du Vire-Crêpes célèbre cette année son vingtième anniversaire. La bleuetière située dans le secteur Saint-Nicolas, à Lévis, est devenue au fil du temps une destination agrotouristique quasi incontournable de la rive sud.

Partis de rien, Anne Ladouceur et Alain Soulard sont aujourd’hui à la tête d’une compagnie de plus de 40 employés. L'entreprise s'est diversifiée en proposant l'autocueillette, la vente de produits du terroir et de produits cosmétiques. Les propriétaires ont aussi transformé la grange en un restaurant.

« Ça nous permet d'avoir un kiosque plus grand, d'avoir plus de produits. On avait déjà notre petit kiosque, mais on était limité en cuisine », explique Alain Soulard.

Sa conjointe et lui ont toujours développé l'entreprise en ayant en tête la transformation du petit fruit.

Attraction

Les propriétaires ont acquis une maison ancestrale en 1997 et depuis, la bleuetière n'a jamais cessé de grossir. Elle est passée de 1200 à  20 000 plans en production.

Le site accueille entre 1500 et 2000 personnes chaque jour. Les propriétaires se targuent d'être devenus une destination en soi.

« Depuis deux ans, les gens viennent de partout et ils nous le disent : ils viennent pour vivre une expérience », ajoute Anne Ladouceur.

Un début de saison éprouvant

Si la compagnie poursuit sa croissance, elle demeure toutefois à la merci de la température. La grêle qui s'est abattue dans ses champs le 27 juin dernier demeure un souvenir pénible. L'épisode, qui a duré une dizaine de minutes, a laissé des traces bien visibles.

« Je vous dirais qu'on a passé une semaine très dure après le 27 juin. On a possiblement pleuré tout ce qu'on avait à pleurer, maintenant on s'est relevé les manches. On a une clientèle, il fallait être capable de fournir des bleuets », raconte Anne Ladouceur.

L'entreprise a pu compter sur la solidarité de trois producteurs de la région pour s'approvisionner en bleuets frais. Les champs sont désormais uniquement destinés à l'autocueillette, et ce, pour le reste de l’été.

Anne Ladouceur et Alain Soulard espèrent maintenant passer le flambeau à leurs deux filles pour assurer la pérennité de l'entreprise.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine