Retour

Les camionneurs indépendants se sentent délaissés par Québec

Ces camionneurs, qui sont à l’emploi de petites et moyennes entreprises de transport, déplorent de ne pas avoir été consultés dans l’élaboration de ces nouvelles normes qui sont trop strictes, selon eux. Ces mesures comprennent notamment l’interdiction d’enjoliveurs chromés. Les pare-soleils des camions devront également respecter de nouvelles dimensions.

Selon les camionneurs, le gouvernement aurait dû consulter les camionneurs indépendants lors de l’élaboration de ces nouvelles règlementations.

« On apprend l’existence de ces normes-là quand on reçoit une contravention », souligne David Rivest, un camionneur de Saint-Jean-sur-Richelieu.

La porte-parole du regroupement, Lyne Gilbert, déplore que les camionneurs qui ne font pas partie des grandes associations n'aient pas été informés par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) et le ministère des Transports du Québec que la période de probation était en vigueur depuis le mois de mai et que les normes entrent officiellement en vigueur dimanche.

Mme Gilbert déplore que « le visage de l’industrie du camionnage [soit] uniquement associé aux grosses associations ».

Nous aussi, on veut une place aux tables de consultation.

Lyne Gilbert, porte-parole du regroupement

Les camionneurs indépendants se sentent pris de court et croient qu'ils seront pénalisés puisqu'ils n'ont pas eu le temps de se préparer aux nouvelles normes.

En mode ouverture

Les manifestants soutiennent que l’heure est aux discussions avec le gouvernement. « La place est aux discussions ouvertes. Aujourd’hui, on voulait voir si les camionneurs étaient prêts à lancer des idées. À ce qu’on voit, ils sont prêts », lance Alain Brousseau, camionneur.

Présent lors de la manifestation, le porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ), Claude Surprenant, demande au gouvernement Couillard de reporter de trois à six mois l'entrée en vigueur du nouveau règlement.

« On demande au gouvernement de revenir sur Terre, de comprendre leur dynamique. Les camionneurs travaillent très fort alors souvent, et souvent dans ces cas-ci, ils doivent s’occuper de l’administration, de leur camion, ils ne peuvent pas tout faire. »

Les nouvelles normes de sécurité visent à uniformiser les pratiques avec le reste du Canada en instaurant une ronde de sécurité obligeant les chauffeurs à inspecter leur véhicule systématiquement pendant 30 minutes avant de prendre la route.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?