Retour

Les Canadiens divisés sur l'environnement et l'énergie

Entre Canadiens de différentes provinces, il faudra dorénavant ajouter l'environnement, l'énergie et les pipelines aux sujets dont il ne faut pas parler, pour éviter la dispute. Un sondage réalisé par Ekos pour le compte de CBC révèle que les Canadiens ont des divergences d'opinions marquées sur les trois sujets.

Un texte de Sylvain BascaronTwitterCourriel

Sur certains grands thèmes, les Canadiens s'entendent. Par exemple, quatre répondants sur cinq pensent qu'il faut des règles plus strictes pour protéger l'environnement, et trois Canadiens sur quatre sont prêts à payer plus cher pour de l'énergie plus propre.

L'environnement est donc important pour les Canadiens. Mais il ne faut pas trop s'inquiéter des changements climatiques, croient 46 % des Albertains, tandis que 78 % des Québécois et 79 % des Manitobains pensent exactement l'inverse.

Plus que l'environnement, c'est l'économie qui préoccupe 73 % des Albertains. Au Québec, cette proportion est de 50 %; au Manitoba, elle tombe à 42 %.

Transport du pétrole

Qu'on soit pour ou contre l'exploitation du pétrole albertain, l'industrie reste déterminée à exporter sa production. Pour ce faire, la majorité des Canadiens croient que le pipeline est le moyen de transport le plus sécuritaire.

Après la tragédie à Lac-Mégantic, les Québécois sont toutefois plus frileux que la moyenne des Canadiens : ils ne sont que 19 % à trouver les wagons plutôt ou tout à fait sécuritaires, comparativement à 42 % de Canadiens.

Projets de pipeline

Dès qu'ils traversent la frontière entre deux provinces, les projets de pipeline passent sous la loupe de l'Office national de l'énergie. Or, la moitié des Canadiens n'auraient pas confiance en l'organisme fédéral.

En outre, plus de la moitié (56 %) des Canadiens pensent que les provinces devraient avoir leur mot à dire quand il s'agit de la construction d'un pipeline qui passe par leur territoire. Il n'y a qu'en Alberta (36 %) et en Saskatchewan (40 %) que ce taux est sous la moyenne.

Les Canadiens ne s'entendent pas non plus sur le niveau de sécurité des pipelines. Selon le sondage, 91 % des Albertains les trouvent assez ou très sécuritaires, tandis qu'au Québec, ce taux dépasse à peine 50 %.

À la rescousse de l'Alberta

L'économie albertaine, qui repose en grande partie sur le secteur du pétrole, est bien malmenée ces jours-ci. Le baril de brut, dont le prix oscille entre 30 $ et 40 $ depuis janvier, se négocie trois fois moins cher qu'en 2014. Résultat : l'industrie n'engage plus. L'Alberta doit aujourd'hui composer avec un taux de chômage plus haut que la moyenne nationale.

Pour pallier ce problème, le gouvernement Notley a obtenu 700 millions de dollars d'investissements fédéraux dans ses infrastructures. Près des trois quarts des Canadiens sont d'accord avec un tel soutien. Mais encore une fois, cette proportion varie d'une province à l'autre : à peine un Québécois sur deux pense que l'Alberta mérite l'aide d'Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine