Retour

Les candidats dans Louis-Hébert débattent à Radio-Canada

À une semaine de l'élection partielle dans Louis-Hébert, les candidats des quatre partis représentés à l'Assemblée nationale se sont affrontés à l'occasion d'un débat, lundi, sur les ondes de l'émission Radio-Canada cet après-midi. Les problèmes de congestion et le dossier de l'usine de peinture Anacolor ont dominé les échanges modérés par l'animatrice Catherine Lachaussée.

Un texte d'Alain Rochefort

Le chroniqueur politique Claude Villeneuve a pour sa part analysé le débat entre Ihssane El Ghernati, du Parti libéral du Québec (PLQ), Normand Beauregard, du Parti québécois (PQ), Geneviève Guilbault, de la Coalition avenir Québec (CAQ), et Guillaume Boivin, de Québec solidaire (QS).

Circulation automobile

Ihssane El Ghernati et Geneviève Guilbault estiment qu’un élargissement et une augmentation des kilomètres autoroutiers constituent des solutions aux problèmes de congestion routière dans la circonscription de Louis-Hébert.

« Ce fut difficile pour Mme El Ghernati, qui a eu à défendre les réalisations libérales au cours des 15 dernières années. Mme Guilbault avait le beau jeu dire : "Mais qu’avez-vous fait depuis toutes ces années?" La CAQ en proposant un élargissement de la route 138 avec une troisième voie en alternance, par exemple, arrive avec un regard neuf », soutient Claude Villeneuve.

Normand Beauregard et Guillaume Boivin misent plutôt sur le transport en commun. Le candidat du PQ suggère entre autres de permettre aux autobus d’utiliser les voies d’accotement de l’autoroute 40 aux heures de pointe.

Son adversaire solidaire propose quant à lui de miser sur la transition énergétique en choisissant des modes de transport qui consomment peu ou pas de pétrole, comme le tramway.

« Ils cherchent à marquer des points auprès d’une clientèle en parlant de transport en commun, même si ce n’est pas un message très populaire à Québec. Ces deux partis cherchent à progresser auprès des électeurs et pensent qu’ils peuvent aller chercher des votes avec ça », souligne M. Villeneuve.

L’épineux dossier d’Anacolor

Ihssane El Ghernati, qui promet de déménager l'usine Anacolor si elle est élue, a été durement attaquée par son adversaire caquiste. Geneviève Guilbault lui reproche de n’avoir rien fait pour régler le dossier au cours des 10 dernières années, alors qu’elle travaillait pour un « député fort », en l’occurrence Sam Hamad.

Encore une fois, remarque Claude Villeneuve, la candidate libérale a dû défendre le travail de son gouvernement.

« Mme El Ghernati s’engage à déménager l’entreprise à son deuxième mandat. Elle s’engage sur des choses dans lesquelles son gouvernement n’a pas véritablement pris d’engagements. En 2018, le dossier aura cheminé. Ça tient un peu de la pensée magique », explique l’analyste politique.

M. Villeneuve ajoute que Normand Beauregard a amené un élément qu’il juge intéressant en proposant d’utiliser les leviers du gouvernement pour trouver un règlement au dossier Anacolor.

S’ils étaient élus…

Chaque candidat a terminé le débat en précisant les dossiers qu’il entend porter à l’Assemblée nationale s’il est élu.

Ihssane El Ghernati s’engage à trouver une solution au problème de l’usine Anacolor.

Normand Beauregard veut quant à lui moderniser l’État en misant sur une économie verte et prospère tournée vers l’avenir.

Geneviève Guilbault souhaite notamment offrir une baisse des impôts à ses électeurs pour redonner de l’argent à la classe moyenne.

Guillaume Boivin entend de son côté réclamer un salaire minimum à 15 $ de l’heure pour permettre à chaque travailleur de sortir de la pauvreté.

Plus d'articles

Commentaires