Retour

Les contraventions émises par radars photo en chute libre

Le nombre de contraventions émises à l'aide de radars photo a connu une baisse vertigineuse au cours des derniers mois. Une conséquence directe d'un jugement de la Cour du Québec rendu en novembre dernier qui invalide la preuve obtenue grâce à ces appareils.

Selon des données compilées par le ministère des Transports que Le Journal de Québec a obtenues en vertu de la loi sur l’accès à l’information, seulement 309 constats d’infractions ont été remis à des automobilistes au cours du mois de mai, comparativement à 42 000 en novembre.

Selon le président de SOS Ticket, un organisme qui aide les automobilistes à contester des constats d’infraction, la chute drastique des constats émis à l’aide de radars photo est étroitement liée à la décision du juge Serge Cimon.

« Oui, j’attribue ça à ce jugement-là. On a dit que ç’a avait été réglé. Ce que je constate aujourd’hui, c’est que peut-être que ce n’est pas réglé, parce que si on émet seulement 400 constats d’infraction alors qu’il y en avait 5000 par mois, c’est qu’il y a un problème », explique Alfredo Munoz.

Radars au neutre

Le nouveau radar photo installé en avril à l'intersection du boulevard Charest et de l’avenue Saint-Sacrement, au centre-ville de Québec, n'a rien rapporté. Aucun constat n'a été remis même si l'appareil est particulièrement actif.

Les autres radars photo de la région n'ont pas non plus mené à la remise de constats d'infraction en mai.

Le ministère des Transports est en train de réviser la façon de présenter la preuve pour en arriver à ce que les constats d'infraction donnés grâce aux radars photo puissent être admis devant les tribunaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine