Retour

Les contraventions émises par radars photo en chute libre

Le nombre de contraventions émises à l'aide de radars photo a connu une baisse vertigineuse au cours des derniers mois. Une conséquence directe d'un jugement de la Cour du Québec rendu en novembre dernier qui invalide la preuve obtenue grâce à ces appareils.

Selon des données compilées par le ministère des Transports que Le Journal de Québec a obtenues en vertu de la loi sur l’accès à l’information, seulement 309 constats d’infractions ont été remis à des automobilistes au cours du mois de mai, comparativement à 42 000 en novembre.

Selon le président de SOS Ticket, un organisme qui aide les automobilistes à contester des constats d’infraction, la chute drastique des constats émis à l’aide de radars photo est étroitement liée à la décision du juge Serge Cimon.

« Oui, j’attribue ça à ce jugement-là. On a dit que ç’a avait été réglé. Ce que je constate aujourd’hui, c’est que peut-être que ce n’est pas réglé, parce que si on émet seulement 400 constats d’infraction alors qu’il y en avait 5000 par mois, c’est qu’il y a un problème », explique Alfredo Munoz.

Radars au neutre

Le nouveau radar photo installé en avril à l'intersection du boulevard Charest et de l’avenue Saint-Sacrement, au centre-ville de Québec, n'a rien rapporté. Aucun constat n'a été remis même si l'appareil est particulièrement actif.

Les autres radars photo de la région n'ont pas non plus mené à la remise de constats d'infraction en mai.

Le ministère des Transports est en train de réviser la façon de présenter la preuve pour en arriver à ce que les constats d'infraction donnés grâce aux radars photo puissent être admis devant les tribunaux.

Plus d'articles