Retour

Les détenus du G7 emprisonnés dans la cour de la centrale Victoria

Les personnes arrêtées lors des manifestations organisées à Québec en marge du Sommet du G7 seront détenues dans la cour de la centrale de police du parc Victoria.

Un texte de Louis Gagné

Des roulottes de chantier aménagées en espaces de détention provisoire ont été installées dans le stationnement de la centrale au cours des derniers jours.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) confirme qu’elles serviront à la détention des personnes qui pourraient être arrêtées lors du Sommet du G7. Le corps policier mentionne que le poste du parc Victoria accueillera un Centre opérationnel de traitement des contrevenants.

« Ça va être le lieu où des gens qui seraient arrêtés seraient détenus de façon temporaire jusqu’à leur comparution », explique le porte-parole David Poitras.

Un Centre opérationnel de traitement des contrevenants a également été aménagé à l’aréna de Clermont, dans la région de Charlevoix, afin d’accueillir les personnes arrêtées à La Malbaie, là où se réuniront les dirigeants du G7 les 8 et 9 juin.

Prêt à toute éventualité

Le SPVQ refuse de dévoiler le nombre exact de roulottes qui seront aménagées ainsi que leur capacité d’accueil. Lors du passage de Radio-Canada lundi après-midi, on en dénombrait une vingtaine.

Si le nombre de personnes arrêtées lors du G7 venait à dépasser la capacité d’accueil du centre de détention temporaire, le corps policier affirme qu’il ne serait pas pris au dépourvu.

Séparés des autres détenus

David Poitras précise que les personnes arrêtées lors du Sommet du G7 seront détenues séparément de celles appréhendées pour tout autre délit. Les espaces de détention existants garderont leur usage habituel.

« La ville n’arrête pas de tourner pendant le Sommet du G7, insiste le porte-parole. Donc si, par exemple, une personne était arrêtée dans le secteur de Charlesbourg et qu’il n’y avait aucun lien avec le G7, bien cette personne-là passerait au niveau de la détention de Québec au même titre que les 360 autres jours de l’année. »

Les détenus du G7 auront également leur propre système de vidéocomparution.

La police de Québec assure que les roulottes permettront de répondre « aux besoins de base » des détenus entre leur arrestation et leur comparution.

« Que ce soit au niveau des toilettes ou que ce soit au niveau de l’hébergement, oui, nos infrastructures permettent ça », indique David Poitras.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine