Retour

Les enseignants promettent de maintenir la pression

Une centaine de délégués de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ont manifesté ce matin devant l'édifice du Conseil du Trésor à Québec. Ils exigent du gouvernement qu'il cesse de faire la sourde oreille face aux revendications des employés du secteur public en vue du renouvellement de leurs conventions collectives.

« C'est la rentrée, les délégués sont toujours aussi motivés et déterminés à faire valoir au président du Conseil du Trésor qu'on veut un règlement négocié, qu'on est de bonne foi dans cette négociation, mais là, il faut que ça bouge », a affirmé Louise Chabot, présidente de la CSQ.

Selon la CSQ, il y a un écart important entre les revendications du syndicat et les offres gouvernementales.

Le dernier budget présenté en mars par le gouvernement prévoit des compressions de 350 millions de dollars pour l'année 2015-2016 dans le réseau de l'éducation. Selon Louise Chabot, une telle mesure sème le doute quant à l'importance du travail des syndiqués aux yeux de l'administration Couillard.

La présidente de la CSQ, qui représente les travailleurs dans le milieu de l'enseignement, rappelle que déjà, un problème important d'attraction et de rétention du personnel se fait sentir dans les réseaux de l'éducation, de la santé et dans les cégeps.

Pour contrer ce problème, dit-elle, les négociateurs gouvernementaux doivent « offrir des conditions qui vont assurer la stabilité, diminuer les charges de travail, diminuer la précarité ».

« Les mêmes offres méprisantes devant nous »

Malgré les négociations qui se sont poursuivies pendant tout l'été entre Québec et la CSQ, « ce sont toujours les mêmes offres méprisantes qui sont devant nous », déplore Louise Chabot.

« Des gels salariaux, des récupérations de la retraite, on ne peut pas, sur ce terrain-là, continuer à avancer parce que l'heure est à la négociation de façon sérieuse. Il faut mettre les vrais enjeux sur la table », insiste-t-elle.

Louise Chabot fait valoir qu'il n'y a pas que les syndiqués qui sont inquiets pour la qualité des services offerts à la population. Elle rappelle que des milliers de parents ont accompagné leurs enfants à l'école, hier, afin de manifester leur opposition aux compressions budgétaires imposées par le gouvernement de Philippe Couillard.

Plus d'articles

Commentaires