Retour

Les états financiers du Centre Vidéotron deviennent confidentiels

Les opérations financières du Centre Vidéotron seront désormais gardées privées à la suite de la signature d'une nouvelle lettre d'entente entre l'entreprise Québecor et la Ville de Québec qui modifie les contrats initiaux.

Selon l'entente originale de 2011, invalide aujourd'hui, la Ville de Québec devait recevoir d'emblée les données concernant les revenus, les pertes et les prévisions du Centre Vidéotron afin de déterminer les montants que l'entreprise devait verser à Québec.

Or, selon la nouvelle lettre d'entente, ces chiffres pourront être consultés seulement en personne par un représentant de la Ville. Cette procédure empêche donc maintenant un citoyen ou un journaliste d'obtenir ces données par la Loi d'accès à l'information.

« On a un mécanisme où nous sommes très ouverts avec la Ville. Mais il y a certains éléments qui doivent rester confidentiels », explique Benoît Robert, le président et chef de direction du Groupe Sport et divertissement de Québecor.

Selon lui, cette étape supplémentaire pour obtenir les chiffres du Centre Vidéotron est nécessaire pour assurer une saine compétition. Il mentionne que la population aura accès à certaines données. « On va continuer de temps à autre à avoir des points de presse », souligne M. Robert.

« Inacceptable! »

Anne Guérette, conseillère du parti d'opposition à l'Hôtel de Ville de Québec, n'en revient pas de voir la Ville changer les contrats originaux. Elle parle d'une décision « scandaleuse ». « On est des partenaires financiers, mais on ne pourra pas avoir de transparence dans les chiffres », déplore la conseillère.

Selon Anne Guérette, les citoyens, et non seulement la Ville, devraient avoir accès à tous les chiffres du Centre Vidéotron. « Il ne faut pas oublier qu'on parle d'argent public! », lance-t-elle.

Parfaitement légal

François Marchand, un avocat spécialisé en droit civil, estime que la manœuvre est tout à fait légale, mais il émet des réserves. « Politiquement ou moralement, ça peut soulever des questions, mais juridiquement, je pense, la loi joue en faveur de la Ville de Québec et de Québecor. »

Selon l'avocat, la loi est limpide et n'oblige pas la Ville à remettre des chiffres qui concernent un tiers et des chiffres qui revêtent un caractère concurrentiel.

Du côté de la Ville de Québec, on affirme que la politique appliquée avec le Centre Vidéotron est la même qui a toujours été en vigueur en citant en exemple la gestion du Colisée Pepsi où les détails des opérations commerciales des promoteurs n'ont jamais été rendus publics.

Plus d'articles

Commentaires