Les opposants à la tenue du Sommet du G7 à La Malbaie se font de plus en plus visibles à Québec, alors que des dizaines de graffitis anti-G7 et anti-police ont fait leur apparition au cours des dernières semaines sur des édifices de la capitale.

Un texte de Louis Gagné

Les messages « Nique ton G7 » et « Ma grand maman déteste la Police [sic] » ont notamment été inscrits à la peinture sur des façades du quartier Saint-Jean-Baptiste. Des graffitis similaires ont également été aperçus à différents endroits sur le site du Cégep Garneau.

L’apparition de ces messages survient à un peu plus de deux mois de la venue des dirigeants des sept pays les plus industrialisés de la planète dans la région de Charlevoix. Une situation qui ne semble pas préoccuper le maire de Québec.

« On ne peut pas dire qu'on est absolument surpris, a commenté Régis Labeaume. Pour les tags, bien que voulez-vous? Le problème là-dedans, c'est toujours de prendre les gens sur le fait, mais ce n'est pas simple. »

Québec touchée

Même si l’événement ne se tient pas à Québec, la capitale risque d’être le théâtre de plusieurs manifestations anti-G7 puisque l’accès à La Malbaie sera restreint durant le sommet.

« Tous les journalistes seront à Québec. Alors, ceux et celles qui voudront protester ne tenteront pas de le faire aux Escoumins. Je ne pense pas qu'ils vont aller à Tadoussac. On s'attend à ce qu'ils viennent à Québec parce que la presse y est », a précisé le maire.

Régis Labeaume est persuadé que les forces policières seront en mesure de maintenir l’ordre et que la tenue du G7 sera malgré tout bénéfique pour Québec.

Il s’attend à ce que les journalistes « de la Terre entière » qui séjourneront dans la capitale en profitent pour faire des articles sur « les beautés et les avantages » de la ville.

« Il faut accepter ça »

Le maire dit reconnaître aux manifestants le droit de dénoncer la tenue du Sommet du G7, pour autant que le tout se déroule dans l’ordre.

« On vit en démocratie, alors, il faut accepter ça. Ce qu'il faut refuser toujours, évidemment, c'est la violence », a insisté Régis Labeaume.

Le maire rencontrera à nouveau le représentant personnel du premier ministre Justin Trudeau pour le sommet du G7, Peter Boehm, au cours des prochains jours, afin de faire le point sur l’organisation de l’événement, notamment les aspects liés à la sécurité.

Régis Labeaume s’entretiendra également avec le chef du Service de police de la Ville de Québec.

Le Sommet du G7 aura lieu au Manoir Richelieu, à La Malbaie, les 8 et 9 juin prochains.

Avec la collaboration de Louise Boisvert et Jean-François Nadeau

Plus d'articles