Retour

Les grands du hockey rendent un ultime hommage à Maurice Filion

L'ex-directeur général des Nordiques Maurice Filion a été porté à son dernier repos, vendredi, à Québec. Plusieurs grands du hockey lui ont rendu de vibrants hommages à ses obsèques, célébrées en privé à l'église Sainte-Cécile, dans l'arrondissement de Charlesbourg.

Maurice Filion est mort il y a une semaine à l'âge de 85 ans. Il a joué un rôle majeur dans l’histoire des Nordiques de Québec.

Il a notamment propulsé la carrière d'entraîneur de Michel Bergeron. Le « Tigre » était particulièrement ému à sa sortie de l’église. Il ne pense que du bien de son ancien patron.

« J'avais l'impression que je faisais partie de sa famille. J'étais comme son garçon et des fois son coach, a confié Michel Bergeron, qui peinait à contenir ses larmes. Maurice Filion, c'est un modèle. Maurice était beau physiquement et intérieurement. Je n’ai jamais vu Maurice déraper. C’était une personne humble. »

M. Bergeron n’oubliera jamais la façon dont Maurice Filion lui a annoncé qu’il devenait entraîneur-chef des Nordiques.

Michel Bergeron ne peut s’empêcher de sourire lorsqu’il repense à sa nomination à titre d'entraîneur-chef des Nordiques.

« Ça ne se pouvait pas. J’avais 32 ans. Maurice m’avait dit de ne pas en parler parce qu’une conférence de presse aurait lieu le lendemain. Mais j’avais appelé ma femme et tous mes amis pour leur dire, mais de ne pas en parler. »

Souvenirs de Guy Lafleur

Maurice Filion a aussi côtoyé de grands joueurs, comme Guy Lafleur, qu’il a dirigé chez les Remparts de Québec au tournant des années 70. Le « Démon blond » se souvient d’un homme droit et juste.

Lafleur se rappelle une anecdote survenue pendant le temps des fêtes.

Le 23 décembre en soirée, les Remparts jouaient à Verdun. Maurice Filion avait permis à Guy Lafleur de passer la nuit chez sa famille à Thurso, mais seulement si les Remparts gagnaient le match. Advenant une défaite, Filion tiendrait un entraînement à 10 h, le 24 décembre en matinée.

« On a perdu le match, mais j’ai dit à Maurice, après la partie, que je partais quand même pour la maison […] Chez nous, mes parents me demandaient si je pensais avoir pris la bonne décision. […] En fin de compte, je suis reparti dans la nuit à Québec et j’étais sur la glace à 10 h le lendemain matin. Quand Maurice m’a vu, il n’a pas dit un mot. Il a simplement souri. »

L’auteur du but refusé le plus célèbre de l’histoire des Nordiques, Alain Côté, a énormément de respect pour son ancien dirigeant.

Beaucoup d'autres personnalités du monde du hockey étaient sur place, dont Patrick Roy, Philippe Boucher, Paulin Bordeleau, Marian Stastny et Dave Pichette.

Au total, une centaine de personnes ont assisté aux funérailles de Maurice Filion.

Plus d'articles

Commentaires