Retour

Les juristes réclament la reprise des négociations

De retour sur les piquets de grève mercredi à Québec et à Montréal, les avocats et notaires de l'État québécois demandent la reprise des négociations avec le gouvernement pour renouveler leur contrat de travail échu depuis le 31 mars 2015.

Les juristes membres de l'association des avocats et notaires de l'État québécois (LANEQ) ont manifesté en matinée à Québec au parc de la Francophonie et devant le bureau du Conseil du Trésor pour mettre de nouveau de la pression sur le gouvernement.

Le président de LANEQ, Jean Denis, soutient que les avocats et notaires de l’État québécois, bien qu’en grève générale depuis plus de 10 semaines, gardent le moral et sont plus déterminés que jamais à en arriver à une entente.

Le mandat est extrêmement fort et les gens ont même dit, quand on n’aura plus de fonds de grève, on va continuer quand même!

Le président de LANEQ, Jean Denis

Jean Denis rappelle que le 21 décembre dernier, lors d’une assemblée générale, les offres du gouvernement ont été rejetées à 97 % et les membres ont voté à 90 % pour la poursuite de la grève.

Projets de loi en attente

Sans dévoiler les sommes qui subsistent dans le fonds de grève, M. Denis soutient néanmoins que les avocats et notaires peuvent maintenir la grève suffisamment longtemps pour perturber les activités de l’Assemblée nationale.

« On est tellement capable de continuer un joli bout de temps qu’on va mettre en péril les projets de loi qui devront être déposés d’ici le 21 janvier à l’Assemblée nationale et on peut mettre en péril également tout ce qui a trait au dépôt du budget. »

Actuellement, les légistes qui préparent les projets de loi sont en grève et seuls les projets de loi qui sont déjà déposés à l’Assemblée nationale vont pouvoir être étudiés en commission parlementaire, souligne M. Denis.

LANEQ affirme que la grève des juristes a déjà conduit à la suspension d'une vingtaine de projets de loi et au report de 3000 causes devant les tribunaux.

Durant les fêtes, deux rencontres « exploratoires » ont eu lieu, le 27 décembre et le 3 janvier, avec la secrétaire associée à la négociation intersectorielle, mais sans reprise véritable des négociations. Le président de LANEQ demande à gouvernement de « mettre de l’eau dans son vin » afin de dénouer le conflit.

Les grévistes souhaitent obtenir la parité avec les procureurs aux poursuites criminelles et pénales. Leurs demandes portent principalement sur la réforme de leur régime de négociation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine