Retour

Les métiers d'art québécois mis en valeur au G7

Le Conseil des métiers d'art du Québec et le Musée des maîtres et artisans du Québec se sont vus confier le mandat de mettre en lumière les métiers d'art québécois au Manoir Richelieu et au Club House durant la tenue du G7 à La Malbaie, vendredi et samedi.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Plus de 200 objets sortis de la réserve du Conseil des métiers d'art du Québec, prêtés par la communauté autochtone ou par des artisans, ont été installés dans les salles que fréquenteront les dirigeants.

Salles de réunions, de conférences, restaurants ont été décorés à l’aide de sculptures diverses, pièces de verrerie, œuvres d’art textile, entre autres.

« On pourrait parler d'un panorama des métiers d'art au Québec, affirme Martin Thivierge, directeur du Conseil des métiers d’art. On a des oeuvres autant des Nations autochtones que des oeuvres très contemporaines par des artistes actuels », dit-il.

« L'idée, c'était de faire une brève histoire des métiers d'art au Québec », explique Martin Thivierge.

La connaissance et le savoir-faire

Ces pièces choisies avec soin témoignent du savoir-faire et de la créativité des artisans du Québec.

« C'est d'ailleurs la première caractéristique des métiers d'art, le savoir-faire et la connaissance des matériaux, des techniques qui souvent sont ancestrales », précise le responsable de l'exposition.

Les thèmes abordés au G7 ont inspiré la sélection choisie par le Conseil des métiers d'art. On pense ici aux relations homme-femme, à l'environnement, à la question autochtone et au vivre ensemble, par exemple.

Accès interdit au public

À défaut d'aller voir ces objets au Manoir, le public peut admirer ces oeuvres sur le catalogue en ligne du Conseil des métiers d'art intitulé Métiers d'art au G7 2018.

On retrouve dans ce catalogue une sélection d'œuvres phares provenant de l'art autochtone, de l'artisanat, des arts populaires et des métiers d'art contemporains du Québec.

Le site Internet Métiers d'art au G7 2018 sera accessible durant un an.

Plus d'articles