Retour

Les négos sur l'entretien du pont de Québec vont bien, dit Jean-Yves Duclos

Le dossier de l'entretien du pont de Québec s'invite dans les festivités pour souligner son 100e anniversaire. Des négociations sont toutefois en cours pour lui refaire une beauté et « elles se passent bien », assure le ministre fédéral, Jean-Yves Duclos.

Un texte d’Alain Rochefort

Le gouvernement fédéral a cédé la gestion et la propriété du pont de Québec au CN en 1993. En échange, la compagnie ferroviaire acceptait alors l’obligation d’entreprendre un programme de restauration et de peinture.

L’infrastructure est pourtant en piètre état pour son centenaire.

Le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social soutient que des pourparlers ont lieu entre le Canadien National (CN) et le fédéral.

Reste à savoir si Ottawa reprendrait possession du pont dans le but de lui faire une cure de rajeunissement ou si le CN s'occuperait lui-même de cette tâche tout en demeurant propriétaire. M. Duclos a été évasif sur le sujet.

« Les négociations vont bien et la pression doit continuer à être maintenue parce que même si les choses vont bien, on a évidemment tous espoir qu’elles iront de mieux en mieux », explique M. Duclos.

Un signal au gouvernement

Le maire sortant de Lévis, Gilles Lehouillier, pense que la population lance un signal au gouvernement en participant en grand nombre à l’événement pour souligner le centenaire du pont.

Régis Labeaume souhaite pour sa part laisser la chance aux principaux intervenants d’en venir à une entente. Pas question que la Ville de Québec devienne un jour propriétaire de l’infrastructure, selon le maire sortant.

« Entre eux, je vais les laisser s’entendre. Nous, on fait nos pressions réelles par en arrière. On prend tous les moyens qu’on a. C’est plus silencieux, mais peut-être que ça peut être plus efficace. On fait notre travail, mais j’ai encore envie de dire : “taisons-nous“ et laissons les deux ministres responsables de la région travailler », raconte-t-il.

La grande majorité des participants à la fête espèrent de leur côté qu’un dénouement aura lieu avant que le pont ne décrépisse davantage. C’est le cas de Marguerite Demers, dont l’oncle, Jean-Baptiste Croteau, est mort pendant la construction du pont.

« C'est incroyable de laisser aller les choses de même. Un monument qui s'en va comme ça, c'est comme si on le laissait aller. Mais des gens ont travaillé si fort pour ce pont », déplore-t-elle.

Réconciliation des maires sortants?

En froid depuis plusieurs semaines, les deux maires sortants semblent par ailleurs sur la voie de la réconciliation. Du moins, le temps de la commémoration pour les 100 ans du pont de Québec.

« Cher Régis, merci beaucoup d'être à Lévis. Ta présence est hautement appréciée », a déclaré M. Lehouillier lors de la commémoration.

« Je me suis ennuyé terriblement. J’étais content de le voir », a rétorqué M. Labeaume, avec un brin d’ironie.

Plus sérieusement, le maire de Québec a admis que « le projet de service rapide par bus (SRB) est mort et qu’il faut passer à autre chose ».

Avec les informations de Marie Maude Pontbriand et Camille Simard

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine