Retour

Les nouveaux repas dans les CHSLD vus par une nutritionniste

Un menu rotatif sur trois semaines avec 72 recettes standardisées, plus appétissantes et surtout plus nutritives ; c'est ce qui sera servi progressivement dans les CHSLD et les centres hospitaliers de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches en 2017.

À l'occasion d'un dîner au Centre des congrès de Québec, mardi, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a invité une centaine d'aînés, d'élus et de journalistes à goûter à ces nouveaux repas.

Trois plats ont été présentés aux convives, soit du saumon, du poulet et des pâtes. Chaque assiette était divisée en deux. D'un côté, les aliments entiers et de l'autre, les aliments texturés, c'est-à-dire hachés ou réduits en purée pour les résidents qui souffrent de dysphagie et qui ont de la difficulté à avaler.

La nutritionniste qui accompagnait Radio-Canada aux fins de l'exercice, Lucie Fillion, a été impressionnée par la qualité des repas, surtout en ce qui concerne les aliments texturés qui sont servis à près de la moitié de la clientèle des CHSLD.

« On va chercher à avoir un aliment qui est cohésif, qui ne s'étend pas partout dans la bouche. [...] L'aliment doit aussi être le moins adhésif possible et ne pas coller aux structures buccales et ne doit pas être élastique », explique-t-elle.

Selon elle, la mousseline de saumon et les pâtes alimentaires en purée répondaient à tous ces critères. « Ça goûte la pâte alimentaire, ça se déplace en bouche de façon très sécuritaire et en plus, c'est savoureux. »

Je suis très impressionnée par la qualité des repas servis aujourd'hui, c'est savoureux, c'est cuit à point et il y a une belle variété.

Lucie Fillion, nutritionniste

Prendre le temps de manger

Au Regroupement provincial des comités des usagers en CHSLD, Gérald Bolduc a lui aussi été plus que satisfait des nouveaux menus présentés par le ministère de la Santé.

« C'est sûr que ce serait une amélioration importante, compte tenu des disparités que je connais dans le réseau. Ça peut varier de façon importante d'un endroit à l'autre », fait-il remarquer.

Par contre, il souligne que le personnel est parfois incapable de fournir des repas à la demande et à l'heure dans les CHSLD, surtout lorsque de nombreux aînés ont besoin d'aide pour s'alimenter.

« Si ces personnes-là sont toujours à la course, insiste Gérald Bolduc, ce n'est pas une atmosphère qui est confortable pour profiter de son repas. »

On peut servir une très belle assiette, très bonne et tout, mais les gens ont besoin de stimulation et d'encouragement pour manger.

Gérald Bolduc, Regroupement provincial des comités d'usagers

À toutes les questions sur le manque de personnel en CHSLD, le ministre Gaétan Barrette a rappelé que le gouvernement s'est engagé à investir 65 millions de dollars pour l'embauche de nouveaux employés.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?