Retour

Les partis implorent le DGEQ de faire la lumière sur les allégations de dons illégaux

Régis Labeaume, Anne Guérette et Jean-François Gosselin s'accordent sur un point : le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) doit faire toute la lumière sur les allégations de financement illégal dans l'industrie du camionnage à Québec.

Le maire sortant estime que des « idioties » sont véhiculées par certains médias depuis quelques jours dans ce dossier. Pour lui, il est impératif que le DGEQ rende publics les résultats de l'enquête si elle est terminée.

« S'il peut le sortir, ça nous réglerait le problème. Ça fait cinq ans qu'on en parle. Honnêtement, j'aimerais ça que le DGEQ le sorte. »

Le DGEQ enquête sur des allégations de dons politiques illégaux entre l'Association nationale des camionneurs artisans (ANCAI) et Équipe Labeaume.

En 2011, l’ANCAI a remboursé des dons effectués par certains de ses membres à Équipe Labeaume. Les dons litigieux totaliseraient environ 2000 $. La pratique a été condamnée en 2012.

Anne Guérette et Jean-François Gosselin se questionnent à savoir s'il y a un lien entre ces dons illégaux et le fait que Québec soit l'une des villes où les coûts de déneigement sont les plus élevés dans la province.

Pour la chef de Démocratie Québec, il est clair que le DGEQ doit faire part des résultats de son enquête dès maintenant afin que les électeurs puissent avoir toute l'information avant de voter le 5 novembre prochain.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, estime lui aussi que les électeurs doivent avoir l'heure juste.

« Nous ce qui nous préoccupe, c'est qu'on est en présence d'un monopole et d'une association qui semble vouloir donner de l'argent au parti au pouvoir pour préserver son monopole. Un monopole ce n'est jamais bon. Il fait augmenter les prix et diminuer les services », déplore-t-il.

Le DGEQ réagit

Le DGEQ réfute les allégations de certaines radios privées de Québec à savoir que l'enquête serait terminée et que l'instance attendrait la fin de la campagne pour en dévoiler la teneur.

Par voie de communiqué, le directeur général des élections, Pierre Reid, a fait savoir que l'enquête n'est pas terminée.

« Aucune accusation ne peut être portée tant que l'institution n'a pas des motifs raisonnables de croire que des infractions à la Loi sur les élections ont été commises. Une analyse des documents et des témoignages recueillis doit d'abord être faite. »

M. Reid ajoute que les allégations entendues sur la place publique aujourd'hui sont sans fondement et que si des accusations sont portées, les constats d'infraction seront rendus publics.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine