Retour

Les places éphémères se multiplient à Québec

Les places éphémères sont de plus en plus nombreuses à Québec. Ces espaces publics aménagés de manière temporaire permettent aux citoyens de passer du temps à l'extérieur, que ce soit pour manger une bouchée ou pour profiter d'une pause musicale.

Depuis 4 ans, le nombre de projets est passé de 2 à 29 dans les différents quartiers de la ville. Une grande majorité s'installe dans les quartiers centraux, comme Saint-Jean-Baptiste, pour le bonheur des résidents, mais aussi et des commerçants.

« Les gens sur leur pause dîner, venir visiter le quartier, il y a une petite place, on peut s'installer, en marchant, on spot une boutique, ça ouvre les yeux sur d’autres aspects de notre rue », souligne Marie-Noëlle Bellegarde-Turgeon, directrice générale de la Société de développement commercial du Faubourg Saint-Jean-Baptiste.

La Ville de Québec a investi dans 18 projets cet été. La municipalité dépense donc près de 200 000 dollars en subventions, sur un coût total des projets totalisant près de 700 000 dollars.

Divertissement

Ces initiatives citoyennes permettent aussi des échanges et une vie de quartier revitalisée avec une programmation de divertissement comme à la place Maizerets.

« On a une programmation qui rejoint toutes les clientèles [...] Il y a aussi l’espace qui est vraiment intéressant. Ce n’était pas utilisé, c’est aménagé, c’est magnifique avec les arbres », indique Ann Ruel, directrice générale du Centre communautaire Mgr Marcoux.

Au-delà des quartiers centraux

De plus en plus, les places éphémères sortent des frontières du centre de Québec, notamment dans le quartier Sillery.

« Avant tous les aménagements d'espaces publics allaient dans les quartiers centraux, de plus en plus on voit que ces mouvements-là se répandent dans la périphérie, c’est vraiment intéressant, on voit une vie de quartier », indique l’architecte et designer urbain Érick Rivard.

Ann Ruel espère que ces espaces éphémères deviendront permanents. « Quand il y a des spectacles, ça transporte le quartier, ça devient de la magie, c’est de la magie dans le quartier », termine-t-elle.

D’après un reportage de Nahila Bendali

Plus d'articles