Retour

Les travailleurs de nuit victimes de leur horaire

Près de la moitié des travailleurs de nuit dans le monde de la santé souffrent de problèmes reliés au manque de sommeil, en raison de leur horaire de travail. C'est du moins la conclusion d'une étude produite par une chercheuse de l'Université Laval.

La psychologue Anne Vallières et son équipe ont questionné 100 travailleurs de la santé qui sont sur le quart de nuit dans la région de la Capitale-Nationale.

La chercheuse est estomaquée de voir autant d'entre eux souffrir du manque de sommeil quotidiennement.

« C'est beaucoup, 50 % d'une population spécifique. Si on prend la population en général qui travaille de jour [...] c'est 10 % le pourcentage », précise-t-elle.

Les conséquences du manque de sommeil sont nombreuses : anxiété, insatisfaction au travail, préoccupation à la maison, difficulté de vie conjugale et détresse psychologique.

« On vient de trouver une combinaison gagnante pour développer des dépressions majeures », résume Anne Vallières.

La psychologue va même plus loin. Au-delà de l'impact sur le travailleur, les soins de santé peuvent aussi être touchés par l'état de santé des professionnels. « Quand j'arrive à l'hôpital la nuit, la personne qui vient me voir, j'ai une chance sur deux qu'elle ait des difficultés de sommeil. Elle va manquer de concentration et de mémoire. »

Les recherches futures d'Anne Vallières et son équipe tenteront de mieux comprendre les mécanismes du sommeil. L'objectif sera de trouver des pistes de solution pour accompagner les travailleurs de nuit. « Ces gens-là ont besoin d'aide et on doit trouver des moyens de les aider », conclut-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine