Retour

Les zecs accessibles gratuitement pour les enfants

PRIMEUR - Les zones d'exploitation contrôlée (zecs) sont en mode séduction. Conscientes que leur clientèle est vieillissante, elles se tournent vers la relève en instaurant la gratuité pour les 17 ans et moins qui souhaitent pratiquer la pêche et la chasse au petit gibier.

Un texte d’Alexandre Duval

Le directeur général de la Fédération québécoise des gestionnaires de zecs ne se met pas la tête dans le sable.

« À partir de 2019, on va commencer à connaître un déclin dans la fréquentation de la pêche et de la chasse à cause de la courbe démographique du Québec », dit Jean-Claude D’Amours.

M. D’Amours sait également que la forêt « n’est pas nécessairement l’activité à la mode » chez les jeunes. Son réseau passe donc à l’offensive.

Dès le mois de mai 2018, la gratuité entrera en vigueur pour les mineurs accompagnés d’un adulte qui veulent pêcher ou chasser le petit gibier dans une des 63 zecs que compte le Québec.

Il s’agit d’économies substantielles pour les familles : les droits quotidiens s’élèvent actuellement à 27 $ par jour, par personne pour ces activités.

Mieux entretenir les chemins forestiers

D’après M. D’Amours, la gratuité est « un départ » dans les efforts que les zecs souhaitent déployer pour devenir plus attrayantes dans les années à venir.

Les zecs célèbrent cette année leur 40e anniversaire et elles sont en pleine réflexion sur le meilleur moyen d’assurer leur avenir.

L’un des chevaux de bataille des zecs concerne l’entretien des chemins forestiers. L’année dernière, elles évaluaient qu’il leur faudrait une aide de 9 millions de dollars du gouvernement du Québec pour garantir un accès complet au territoire.

S’attaquer à ce problème est fondamental pour attirer les jeunes en plein air, selon M. D’amours.

Les attentes de la Fédération québécoise des gestionnaires de zecs sont très élevées à cet égard en vue du budget du gouvernement du Québec, qui sera présenté le 27 mars.

Bâtir la relève

La Fédération des pourvoiries du Québec accueille favorablement l’initiative.

« À la pêche au saumon, on a des pêcheurs dont l'âge moyen est de 60 ans. C'est clair qu'il faut faire des actions énergiques pour ouvrir des possibilités », soutient le président-directeur général, Marc Plourde.

Il croit que l’entrée gratuite pour les 17 ans et moins permettra de bâtir la relève et de leur apprendre le respect de la nature.

« Ça va bénéficier à l’ensemble des gens. Ça va faire découvrir notre milieu, que ce soit au niveau de la pêche, au niveau de la chasse, au niveau des activités nature », ajoute-t-il.

Une offre d’activités plus alléchante

L’autre grand chantier des zecs sera d’offrir de plus en plus d’activités à leur clientèle. M. D’Amours espère d’ailleurs que le prochain budget provincial rendra compte de cette nécessité.

Au cours des cinq prochaines années, les zecs envisagent de mettre en valeur des sports comme le vélo de montagne, le ski hors-piste, l’escalade ou la descente en eaux vives.

Elles envisagent aussi de construire des parcours d’hébertisme, de mettre en valeur les produits forestiers non ligneux tels que les petits fruits ou les champignons, et peut-être même d’offrir Internet sans fil à certains endroits.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards