Retour

Lévis élimine 15 000 plants de berces du Caucase

La berce du Caucase est disparue cet été du paysage à Lévis. Le plan d'action mis de l'avant par la Ville a permis l'éradication des 15 000 plants connus qui se trouvaient sur son territoire.

La bataille contre cette plante envahissante n'est pas gagnée pour autant. D'autres pousses pourraient germer puisque les graines de la berce du Caucase sont encore présentes dans le sol et dans l'eau.

« Comme ça produit des milliers de graines, il faudra attendre 5 ans avant de dire qu'elle est complètement éliminée », estime le maire Gilles Lehouillier. La Ville de Lévis a investi cette année près de 50 000 $ dans une première opération de lutte contre la berce du Caucase.

« Au cours des prochaines années, on va avoir un budget annuel qui va osciller entre 30 000 $ et 35 000 $ pour s'assurer qu'on détruit également les plantations issues des graines qui peuvent être germées, parce que les graines peuvent germer pendant trois, quatre ans », explique le maire Lehouillier.

Bien identifier la berce du Caucase

La Ville de Lévis demande aux citoyens de prévenir les autorités de la présence de la berce du Caucase sur son territoire.

Toutefois, on peut confondre cette plante et d'autres espèces de la même famille, dont la berce laineuse, qui ne constitue pas une menace pour la santé publique. Cette dernière peut provoquer des dermatites, mais celles-ci sont en général beaucoup moins sévères.

Selon le groupe de recherche QuéBERCE, trois critères permettent de distinguer ces deux espèces de berces :

  1. La taille : la berce du Caucase est beaucoup plus grande (4 à 5 m), à maturité, que la berce laineuse (2 à 3 m).
  2. La tige : la berce du Caucase a une tige montrant des mouchetures rouges. La tige de la berce laineuse est entièrement verte (parfois avec du pourpre), mais ne comporte pas de mouchetures. En outre, la tige de la berce du Caucase ne porte que quelques poils grossiers. La tige de la berce laineuse est velue et ses poils sont fins.
  3. La feuille : la feuille de la berce du Caucase peut atteindre jusqu'à 1 m de large pour les feuilles à la base du plant et est très découpée. Elle ne porte pas de poils sur son revers. La feuille de la berce laineuse est beaucoup plus petite et moins découpée et son revers est entièrement recouvert de poils fins qui forment un duvet.

La Ville de Lévis demande également aux municipalités situées en amont de la rivière Etchemin d'agir pour éviter que la berce du Caucase revienne sur son territoire. Des rencontres sont prévues à cette fin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine