Retour

Lévis s’attaque aux nids-de-poule à l’aide de GPS

Les nids-de-poule n'auront plus de secrets pour les équipes des travaux publics de Lévis. Les employés seront désormais équipés d'enregistreurs de données GPS qui leur permettront de géolocaliser leur présence sur le territoire et ainsi mieux cibler les secteurs problématiques.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

La Ville a fait l’acquisition de 20 appareils qu’elle distribuera à l’ensemble des équipes des travaux publics.

Les nids-de-poule observés pourront donc être signalés « en un clic » au système interne de gestions des infrastructures municipales. Chaque réparation de la chaussée effectuée pourra également être enregistrée à l’aide de l’appareil.

« Les équipes pourront suivent quotidiennement l’évolution des réparations et produire des rapports », se réjouit le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

La Ville de Québec utilise déjà ce système depuis quelques années, précise Gilles Lehouillier.

Technologie supplémentaire

Cette technologie s’ajoute à la plateforme de géolocalisation des nids-de-poule mis à la disposition des citoyens l’an dernier.

Ce système n’avait cependant pas trouvé l’écho désiré alors que seulement 10 % des près de 25 000 nids-de-poule colmatés le printemps dernier ont été localisés par les citoyens.

La Ville explique que les nouveaux appareils, au coût de 100 $ l’unité, permettront d’avoir un meilleur portrait du travail effectué sur le terrain par les équipes des travaux publics.

« Le citoyen, il va localiser le plus grand nid-de-poule qu’il rencontre, mais quand nos équipes vont sur place, généralement, il y a beaucoup d’autres nids-de-poule dans le secteur. C’est là qu’on a un gain d’efficacité », précise le directeur des infrastructures à la Ville de Lévis, Sami Doucet.

En période de redoux, 49 employés regroupés en 18 équipes s’affairent à réparer les nids-de-poule sur les 1300 kilomètres de rue sur le territoire de Lévis.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité