Retour

Liberté refusée à un homme condamné 24 fois pour ivresse au volant

Un homme condamné à 24 reprises pour ivresse au volant se voit refuser la seconde chance qu'il demandait à la Commission des libérations conditionnelles. Yvon Gingras de Saint-Ubalde, dans Portneuf, détient le record canadien du plus grand nombre de condamnations pour conduite avec les facultés affaiblies.

Un texte de Yannick Bergeron

En avril dernier, le multirécidiviste de 70 ans, qui purge une peine de six ans de pénitencier pour alcool au volant, s'est fait accorder une libération conditionnelle pour réintégrer progressivement la société.

Mais sa semi-liberté lui a été révoquée quelques jours plus tard après avoir réintégré sa maison de transition en état d'ébriété, alors qu'il lui était interdit de consommer de l'alcool.

De retour derrière les barreaux, l'homme a tenté de convaincre la Commission des libérations conditionnelles de lui donner une autre chance, ce qui vient de lui être refusé.

Dans sa décision datée du 7 août, la commissaire Suzanne Chartrand conclut que « le risque est devenu inacceptable pour la société ».

Des soupçons

Après avoir obtenu sa semi-liberté, les intervenants soupçonnaient que l'incorrigible alcoolique avait repris ses mauvaises habitudes, ce qu'Yvon Gingras niait.

Lors de l'audience devant la Commission des libérations conditionnelles, il a toutefois expliqué qu'il avait décidé de boire pour « donner une vraie raison de douter de lui ».

La Commission lui donnera une nouvelle chance d'obtenir une libération conditionnelle en février 2016 « compte tenu de la volonté exprimée de compléter une thérapie, ce que vous n'avez jamais fait au cours de votre vie ».

Incorrigible

Lors de sa dernière arrestation, Yvon Gingras était sous le coup d'une interdiction de conduire en raison de ses nombreux antécédents.

Bien au fait de ses frasques, ses voisins avaient formé un comité de vigilance pour le surveiller. C'est l'un d'eux qui avait alerté les policiers. Lors de son arrestation, les agents ont retrouvé huit bouteilles de bière dans l'habitacle et une bouteille de vodka pleine.

Le juge Alain Morand lui a imposé la peine maximale prévue au Code criminel en plus de lui interdire de conduire à vie. Une ordonnance de la cour qui a eu peu d'influence sur le multirécidiviste par le passé.

À six reprises, il a été arrêté alors qu'il n'aurait pas dû se trouver derrière un volant.

La peine d'Yvon Gingras expire en juin 2017.

Plus d'articles

Commentaires