Retour

Lise Thibault continue de clamer son innocence

Même si elle a plaidé coupable pour fraude et abus de confiance, Lise Thibault continue de minimiser ses gestes. L'ex-lieutenante-gouverneure affirme même avoir oublié le moment où elle a reconnu sa culpabilité aux accusations.

Un texte de Yannick Bergeron

Lise Thibault s'est confiée lors d'un entretien téléphonique de près d'une heure accordé à ICI Radio-Canada récemment. La femme de 76 ans connaîtra sa peine, demain après-midi, au palais de justice de Québec.

« Pendant 10 ans, les autorités m'ont toujours citée en exemple », répète Lise Thibault. Comme elle l'a fait lors du procès, l'ex-lieutenante-gouverneure jette le blâme sur une partie de son personnel de cabinet dans la gestion des finances et insiste sur ses réalisations au poste qu'elle a occupé de 1997 à 2007.

Lise Thibault se montre évasive à plusieurs reprises durant l'entretien. Quand on lui rappelle ses dépenses frauduleuses estimées par la Couronne à 430 000 $ lors de son procès, l'ex-lieutenante gouverneure refuse d'évoquer directement le sujet.

« Savez-vous, je ne me souviens même pas que j'ai plaidé au procès », lance-t-elle en évitant de prononcer le mot « coupable ».

Lise Thibault affirme avoir rafraîchi sa mémoire à cet effet lorsque son conjoint, Réal Cloutier, lui a fait entendre la bande audio de l'audience du 8 décembre 2014. À cette date, elle a mis fin à son procès en plaidant coupable aux accusations.

Néanmoins, elle minimise ses dépenses et préfère marteler qu'elle a « toujours offert une qualité de présence sans compter les heures ».

Une erreur judiciaire?

La grand-mère de six petits-enfants s'est résignée à recevoir une peine de prison si le juge en décidait ainsi. Lise Thibault a même l'intention de se rendre utile en cas de détention.

« J'irai à la rencontre des victimes d'erreur judiciaire », promet-elle.

Lorsqu'on lui demande si elle considère qu'elle a elle-même été victime d'une erreur judiciaire, Lise Thibault reste évasive sur cette question.

« Moi, j'ai donné ce que je pouvais », dit-elle, répétant qu'elle ne se souvenait pas du moment où elle s'est avancée devant le juge pour enregistrer son plaidoyer.

La septuagénaire n'entend pas toutefois demander de rouvrir son procès. « Pensez-vous que je veux porter ce fardeau? J'aime autant vivre avec la façon dont fonctionne le système », dit-elle.

Lise Thibault a fait ses révélations lors d'une conversation visant à obtenir une entrevue formelle avec elle. Après s'être montrée ouverte à s'expliquer devant la caméra, elle a plus tard rejeté l'idée dans un courriel: « J'ai décidé de ne pas briser le peu d'énergie que j'ai et laisser dire et laisser faire », écrit-elle.

Lise Thibault affirme que le reste de sa vie sera toujours entaché par ce qu'elle considère des « rumeurs et mensonges qui font vendre la nouvelle ».

« Sereine », peu importe la peine

À l'aube de recevoir sa peine, l'ex-lieutenante-gouverneure se dit sereine, tout en ayant « hâte que ça finisse ».

Le juge Carol St-Cyr rendra sa décision sur la peine mercredi, après six ans de procédures judiciaires devant les tribunaux.

La Couronne suggère une peine exemplaire de quatre ans de prison afin d'envoyer un message clair aux gestionnaires publics. L'avocat de Mme Thibault, Me Marc Labelle, soutient plutôt qu'une peine de 12 mois à purger dans la collectivité serait suffisante.

Le juge doit aussi déterminer le montant que l'ancienne représentante de la reine devra rembourser.

Plus d'articles

Commentaires