Retour

Litige entourant la sélection d'un jeune hockeyeur à Lévis

Comme bien des jeunes de son âge, Ralph Voyer rêve de hockey. Mais un différend entre ses parents et Hockey Lévis a retardé son début de saison d'un mois cette année. Le processus de sélection du jeune joueur de 11 ans était au coeur du litige.

Depuis ses débuts, à l'âge de 7 ans, Ralph a souvent noirci les feuilles de pointage grâce à ses habiletés offensives. D'année en année, il a développé sa technique, pour devenir aujourd'hui bon marqueur.

Ses succès de l'an dernier avec les Commandeurs de Pointe-Levy atome BB, lui ont permis d'obtenir sa place au camp de sélection des Corsaires de Pointe-Levy pee-wee AA. Un club où se retrouvent les meilleurs joueurs de 12 ans et moins de la côte sud, un territoire qui s'étend de Lotbinière à L'Islet.

Mais pas de chance pour le jeune Ralph, il est retranché lors du dernier jour du camp d'entraînement. Son père, Philippe Voyer, reconnaît que ce moment a été difficile pour Ralph tout en lui expliquant qu'il avait sans doute des aspects du jeu à travailler pour pouvoir progresser.

« On lui a expliqué qu'il avait des choses à travailler s'il voulait continuer à s'améliorer et s'il voulait faire le pee-wee AAA ou le pee-wee AA l'année prochaine », soutient son père.

Ralph se présente donc au camp des Commandeurs de Lévis, catégorie pee-wee BB. Mais après quatre matchs et une séance d'entraînement, l'équipe de hockey est formée.

Ralph Voyer n'en fera pas partie. La direction de l'équipe lui indique qu'il doit jouer dans un rang inférieur. Une fois de plus, il est déçu.

« On a dit "malheureusement, Ralph, on va te couper dans le pee-wee A parce que tu ne joues pas bien en défensive" », raconte Philippe Voyer.

Victimes d'une injustice?

Ralph et ses parents ne croient pas cette explication. Ils se disent victimes d'une injustice de la part de l'Association de hockey mineur de Pointe-Levy.

Philippe Voyer explique que celui qui devait être entraîneur de l'équipe pee-wee BB, Bruno Guay, exigeait que le père de Ralph soit son adjoint. Hockey Lévis a refusé et choisi un autre entraîneur. La famille a la conviction d'être sur une liste noire de l'association de hockey.

Bruno Guay a refusé notre demande d'entrevue à la caméra, mais au téléphone, il confirme cette information.

La famille de Ralph a tout tenté pour le faire jouer dans une catégorie qu'elle croyait mieux adaptée pour lui, mais en vain.

L'Association de hockey Québec-Centre juge pour sa part que Ralph est trop fort pour le calibre A simple lettre. « Un enfant qui est classé double lettre, s'il vient dans la simple lettre, je vous le dis là, c'est du quatre, cinq six buts par matchs. Alors, je ne vous dis pas les problèmes que ça peut causer ensuite. Une équipe trop forte, des parents frustrés », affirme le président de l'association, Lucien-Pierre Bouchard.

Un avocat impliqué

À court de solutions, et devant la possibilité que Ralph se retrouve sans équipe cette année, la famille Voyer décide de contacter un avocat pour que Hockey Lévis accepte Ralph dans le le pee-wee A.

Douze jours plus tard, Hockey Lévis accepte de reprendre Ralph, à la condition que ses parents s'engagent à ne pas contester les évaluations et résultats obtenus à la suite des camps d'entraînement et de la sélection des joueurs pour chacune des prochaines saisons.

Cette demande est jugée excessive par la famille Voyer. Leur avocat entreprend des démarches judiciaires en dommages.

Devant cette menace, Hockey Lévis laisse tomber cette condition. Ralph Voyer a disputé son premier match le samedi 24 octobre, avec les pee-wee A Lévis.

Plus d'articles

Commentaires