Retour

Lobbyisme illégal : Michel Dallaire est acquitté des accusations

Le promoteur immobilier Michel Dallaire a été acquitté, lundi matin, au palais de justice de Québec de quatre chefs d'accusation en lien avec des activités de lobbyisme illégal.

En 2013, Michel Dallaire avait envoyé une lettre à l'ex-mairesse de Lévis, Danielle Roy-Marinelli, et à deux autres membres de l'administration municipale pour les sensibiliser aux conséquences d'un projet de parc qui touchait directement des terrains dont il est propriétaire.

Le promoteur était alors en pourparlers avec Lévis pour développer d'immenses terrains le long de l'autoroute 20 entre Charny et Saint-Romuald.

Sachant qu'un changement de zonage allait l'empêcher de concrétiser son projet, il a envoyé des lettres à l'administration municipale, dont une à la mairesse. Michel Dallaire n'était alors pas inscrit au registre des lobbyistes

Le juge a tranché que cette lettre n'était pas un moyen utilisé pour influencer les décisions des élus de Lévis et qu'en ce sens, Michel Dallaire n'avait pas à être inscrit au registre des lobbyistes.

« Je suis très heureux de l'acquittement », a lancé Michel Dallaire en sortant du tribunal.

« Je referais les choses de la même façon, parce que la mairesse, c'est la plus haute dirigeante de quelque chose qui s'appelle une ville, et à mon niveau, quand je m'adresse à quelqu'un ou je fais une demande, je m'adresse au plus haut dirigeant », a-t-il ajouté.

Dans le cadre de ce dossier, Michel Dallaire s'exposait à une amende de 2000 $.

« J'avais pris la décision de contester les avis d'infraction que j'avais reçus du commissaire au lobbyisme pour défendre ma réputation, même si je savais que ça me coûterait beaucoup plus cher. Je suis très heureux que la Cour nous ait donné raison », a-t-il conclut.

Le Commissaire au lobbyisme se dit déçu de l'acquittement du promoteur immobilier, mais refuse de commenter davantage.

Labeaume fustige le commissaire

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a réagi à l'acquittement de Michel Dallaire lors d'un point de presse. « Le commissaire a complètement harcelé ce gars-là! Il a exagéré, c'était ridicule », a-t-il déploré.

Il a d'ailleurs tenu à mentionner qu'il avait des doutes sur les pratiques du commissaire, François Casgrain. En février dernier, M. Casgrain avait questionné la Ville de Québec sur ses relations avec le promoteur du projet du Phare, Michel Dallaire. « Il cherche un gros poisson. Il a essayé avec Pierre Karl Péladeau, avec moi et avec Michel Dallaire », dénonce-t-il.

« On ne change pas la loi, il faut changer le commissaire », a conclu le maire Labeaume.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine