Retour

Lu Chan Khuong tente à nouveau sa chance comme bâtonnière

L'ex-bâtonnière Lu Chan Khuong tente à nouveau sa chance à la tête du Barreau du Québec. L'avocate confirme qu'elle sera candidate pour la prochaine élection en mai.

Me Khuong, qui avait dû remettre sa démission en septembre 2015, veut reprendre les choses où elle les a laissées. « Je veux redevenir bâtonnière puisqu'en 2015 les membres m'ont donné un mandat clair : réformer, moderniser cette institution », dit-elle.

Lu Chan Khuong avait abandonné son poste à la suite d'allégations de vol à l'étalage au magasin Simons. L'histoire avait été ébruitée, même si Me Khuong avait bénéficié du programme de non-judiciarisation, qui aurait dû demeurer confidentiel.

L'avocate avait alors été suspendue par le Barreau du Québec, et des membres du conseil d'administration lui reprochaient de nuire à l'image de l'institution.

Bien que ce court passage à la tête de l'organisation se soit déroulé dans la controverse, elle considère qu'il s'agit du passé.

Je suis une personne qui aime relever des défis. Je pense que lorsqu'on commet une erreur, même si c'est une erreur d'inattention, il faut apprendre à se relever.

Me Lu Chan Khuong, ex-bâtonnière

Me Khuong estime qu'elle peut compter sur plusieurs appuis et souligne que le conseil d'administration du Barreau s'est renouvelé.

L'avocate de Québec a notamment l'intention de s'attaquer à la question des délais, qui ont plongé le système judiciaire « en crise » à la suite d'une décision de la Cour suprême.

Lu Chan Khuong veut aussi ramener des éléments de son ancien programme, comme la réduction du salaire du bâtonnier, qu'elle n'a jamais eu le temps de mettre en place.

La bâtonnière critiquée

L'avocate reproche aussi à la bâtonnière actuelle, Me Claudia P. Prémont, son absence du débat public. « Le Barreau est absent depuis un an et demi. Dans l'espace public, dans l'espace médiatique, la bâtonnière n'est pas là », déplore M. Khuong.

Mme Khuong croit que Me Prémont aurait dû se porter à la défense des juristes de l'État en grève qui sont « sous-estimés » par le gouvernement. La principale intéressée rappelle pour sa part que le Barreau du Québec n'est pas une association pour ses membres et qu'il ne « s'immisce pas dans les conflits de travail. »

« Nous avons tout fait pour que les négociations en arrivent à une entente négociée, c'est ce qu'on désire ardemment », a exprimé Me Prémont.

Me Claudia P. Prémont a confirmé qu'elle avait aussi l'intention de se représenter à la tête du Barreau. Les mises en candidature commencent le 28 février.

Le vote aura lieu au début du mois de mai et le résultat sera connu au plus tard le 22 mai.

Plus d'articles