Retour

Maïté Viens : les recherches dans le premier bassin sans succès

Même après avoir vidé puis excavé le premier bassin des chutes Jean-Larose, le corps de Maïté Viens demeure introuvable. Samedi après-midi, les policiers se sont résignés à quitter cette section des chutes pour retourner faire des fouilles dans le deuxième bassin.

En matinée, une excavatrice de plus de 3800 kilos a été transportée sur le site par hélicoptère. Elle devait permettre de creuser dans le bassin situé au pied de la première chute.

C’est dans ce secteur que les recherches ont repris en milieu de semaine dernière, comme le réclamaient les parents de Maïté Viens.

Or, les travaux d’excavation effectués samedi n’ont pas livré les résultats attendus, tant et si bien qu’en milieu d’après-midi, l’hélicoptère a déplacé l’excavatrice vers le deuxième bassin.

Le coup de pouce du pilote

Le pilote de l’hélicoptère, Frédéric Carrier, a décidé de contribuer à sa façon aux recherches, c’est-à-dire en diminuant ses honoraires. Il comprend la douleur de la famille, lui qui a perdu quatre membres de sa famille dans l'attentat de Ouagadougou en janvier 2016.

La semaine dernière, la famille de Maïté Viens l’avait approché pour qu’il transporte une petite excavatrice sur les lieux. M. Carrier avait offert de le faire gratuitement.

Comme la Sûreté du Québec (SQ) lui a demandé de transporter une plus grosse excavatrice, il a tout de même offert un rabais à la SQ afin d’honorer l’engagement qu’il avait pris envers la famille.

« Ce sont des grosses mobilisations, une grosse machine comme ça. On parle de 35 000, 40 000 $ par jour. Par contre, personnellement j’ai voulu la réduire la facture comme je l’avais promis à la famille », explique-t-il.

Dimanche, cela fera trois semaines que Maïté Viens, 21 ans, a sombré dans les chutes après avoir perdu pied lors d’une balade avec une amie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine