Retour

Mandat de grève pour les employés de certains hôtels

Les employés de quatre grands hôtels de Québec se sont dotés d'un mandat de grève de 72 heures dans l'espoir de faire avancer les négociations pour le renouvellement de leur convention collective.

Les syndiqués font partie d'un ensemble de 25 syndicats qui se sont alliés pour mener une négociation coordonnée dans le milieu hôtelier de Montréal, de Québec et de l'Estrie. À Québec, les hôtels touchés sont le Hilton, le Delta, l'hôtel Pur et l'hôtel Classique.

« Compte tenu de la lenteur des négociations et du manque de volonté, de sérieux, des employeurs, on a dû monter ça d'un cran en allant chercher une banque de grève », explique Michel Valiquette, trésorier de la Fédération du commerce, qui chapeaute les négociations sous la bannière de la CSN.

Jusqu'à présent, les employés s'étaient limités à des moyens de pression visuels, comme le port de macarons ou d'épinglettes.

Les 72 heures de grève, à être déclenchées au « moment jugé opportun », pourraient perturber le service à la clientèle alors que l'industrie hôtelière s'apprête à connaître une deuxième année record consécutive.

« On aurait aimé profiter tous ensemble de cette croissance-là dans le milieu de l'hôtellerie, mais il semble que les hôteliers ne l'entendent pas de cette façon », déplore Michel Valiquette.

Quatre demandes communes font partie de cette négociation coordonnée. Les syndiqués demandent une convention collective de quatre ans avec des augmentations de salaire de 4 % pour les trois premières années et 5 % pour la dernière.

Ils demandent aussi une bonification de la prime de vacances, une indemnité de départ advenant la fermeture d'un département et une clause de protection des emplois.

Plus d'articles

Commentaires