Retour

Manifestation à Québec contre la pénurie de médecins en CHSLD

Une cinquantaine de professionnels de la santé ont manifesté devant le CHSLD Christ-Roy, mardi, à Québec, afin de dénoncer la pénurie de médecins dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Les travailleurs s’inquiètent notamment des conséquences de la « découverture médicale » sur les patients en CHSLD.

Comme plusieurs d’entre eux n’ont plus accès à un omnipraticien, ils doivent être transportés en ambulance vers une urgence lorsqu’ils souffrent d’un problème que seul un médecin peut soigner.

« Pour nos personnes âgées, ces déplacements apportent un stress en plus de mettre à un risque élevé leur santé, en côtoyant les autres personnes malades dans les corridors des urgences », déplore la présidente de Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Nancy Bédard.

Surcharge

Les manifestants se plaignent également de la surcharge de travail qu’entraîne la pénurie de médecins dans les CHSLD.

« On leur rajoute des responsabilités, on rajoute des tâches, mais on ne rajoute pas de personnel », affirme Patricia Lajoie, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Capitale-Nationale.

Vague de départs

De nombreux médecins de famille ont mis fin à leur pratique en CHSLD au cours des derniers mois afin de se concentrer sur le suivi de patients en clinique. Le problème est particulièrement important dans la région de Québec.

Les omnipraticiens démissionnaires ont notamment évoqué la non-reconnaissance de « la lourdeur » que représente la prise en charge de patients en CHSLD pour justifier leur départ.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, Louis Godin, viennent de signer une entente qui permettra selon eux de freiner l’exode des médecins des CHSLD.

La présidente de la FIQ préfère toutefois attendre de connaître les détails de l’entente avant de se réjouir.

« Si on est capable de nous dire ça aujourd’hui ou demain, bien on sera capable de rentrer et rassurer notre population, les familles, les patients puis de savoir quand les professionnels en soins vont pouvoir retrouver le cours normal de leur travail pour soigner leurs patients », indique Nancy Bédard.

Avec les informations de Camille Simard

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine