Retour

Manifestation contre le projet de loi sur les chiens dangereux

Plus d'une centaine de citoyens ont manifesté devant l'Assemblée nationale, dimanche, pour dénoncer le projet de loi sur les chiens dangereux qui oblige municipalités et vétérinaires à signaler les chiens dangereux.

Réunis sous la bannière d'Action Secu-Québec, les manifestants disent accepter la nécessité d'encadrer les chiens dangereux. Ils dénoncent toutefois l’interdiction de certaines races, dont les chiens de type pitbulls.

La porte-parole d’Action Sécu-Québec, Mireille Goulet, exige que l'éducation des maîtres doit être au cœur du projet de loi.

« Sans mesures éducatives pour corriger les signes avant-coureurs d'agressivité que les gens ne reconnaissent pas, on ne va jamais diminuer les morsures au Québec », soutient-elle.

Mme Goulet remet également en question l'obligation des vétérinaires de déclarer les cas de morsures. Une mesure qui pourrait mener à l'euthanasie d'un chien, rappelle-t-elle.

« On va causer l'impact contraire : les propriétaires ne vont pas parler des problèmes de morsures qu'ils vivent à la maison, des changements au niveau de l'agressivité du chien, ils vont taire le phénomène », explique-t-elle.

Présente lors de la manifestation, l'avocate Anne-France Goldwater croit aussi que l’interdiction des chiens de type pitbulls serait un coup d'épée dans l'eau.

« C'est le genre de disposition législative qui avale beaucoup de fonds publics et qui ne donne pas de résultat. En Ontario, ils ont essayé ça depuis 12 ans et aujourd'hui, ils ont plus de morsures de chiens que jamais », affirme-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine