Plusieurs dizaines de travailleurs et de représentants d'organisations syndicales et communautaires ont manifesté dans les rues du centre-ville de Québec mardi afin de souligner le Premier mai.

Les manifestants ont profité de la journée internationale des travailleurs et des travailleuses pour faire entendre leurs revendications.

Ils ont notamment interpellé les partis politiques afin qu’ils prennent position en faveur d’une hausse du salaire minimum à 15 $ de l’heure.

« Si on veut permettre aux gens de vivre dignement et de sortir la tête de la pauvreté, il faut absolument qu’on soit capable de donner un grand coup au niveau du salaire minimum », a fait valoir la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras.

Elle a également plaidé en faveur d’un réinvestissement dans les services publics et les programmes sociaux afin de combler les effets de « l’austérité ».

Avec les informations de Nicole Germain

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine