Retour

Manifestations à Québec : « On avait la crème des casseurs » - Régis Labeaume

Le maire Régis Labeaume condamne les violences survenues en marge des manifestations pro et anti-immigration qui ont eu lieu dimanche à Québec.

« Il est arrivé ce qui était prévisible quand on a affaire aux extrêmes. L'extrême droite provoque en décidant de manifester et l'extrême gauche, elle, réplique avec de la violence », a commenté le maire de Québec, soulignant au passage le travail « exemplaire » des policiers. Le déploiement des forces de l'ordre dimanche a coûté 75 000 $.

« Il faut absolument condamner le comportement tellement crétin des casseurs et des provocateurs de la bande de Jaggi Singh, pour qui la violence est un moyen d'expression légitime », a-t-il ajouté.

Le maire a souligné que les militants du groupe La Meute avaient collaboré avec les policiers. Il a toutefois ajouté que leur présence n'était pas désirée dans sa ville.

« Je dirais à tous ces groupes-là, La Meute, la gang de Singh : "Allez vous faire voir ailleurs. On ne veut pas vous voir à Québec". »

En soirée lundi, Jaggi Singh a répondu au maire de Québec.

« En me ciblant spécifiquement, le maire Labeaume encourage les trolls d’Internet et les activistes anonymes de l’extrême droite qui, sur une base quotidienne, font des commentaires racistes à mon égard et m’envoient des menaces. Cette personnalisation à mon endroit est dangereuse et provocatrice », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Couillard dénonce violence et racisme

Le premier ministre Philippe Couillard a lui aussi déploré les débordements.

« Ce n'est pas plus acceptable pour les gens d'extrême gauche d'user de violence que ça l'aurait été pour les gens de l'autre côté », a déclaré M. Couillard lors d’un point de presse à La Doré, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le premier ministre en a cependant profité pour dénoncer les discours racistes et xénophobes. Il n’y a pas de zones grises, selon lui, et le message du groupe La Meute ne devient pas plus légitime, même si ses membres ont manifesté dans le calme.

Des « brise-fer venus pour mettre la pagaille »

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin a lui aussi salué le travail des policiers et les manifestants qui se sont exprimés dans le calme. M. Gosselin estime par ailleurs que les casseurs venaient de l'extérieur.

« Ces gens-là peuvent retourner d'où ils viennent. On n'a pas de place pour ça à Québec », a-t-il affirmé.

D'accord ou pas avec le discours du groupe La Meute, ajoute Jean-François Gosselin, ses militants ont agi de la bonne façon dimanche.

« Tant et aussi longtemps que La Meute se comportera de cette façon-là, je pense que c'est à leur avantage de rester calme et respectueux. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine