Retour

Manque de main-d'oeuvre : les travailleurs plus âgés répondent à l'appel

Les retraités et personnes de 50 ans et plus se sont présentés nombreux au « speed dating » de l'emploi organisé pour eux, lundi, afin de pourvoir plus de 200 postes dans la région de Québec.

Des dizaines de chercheurs d'emplois ont fait la file dès le début de l'après-midi au nouveau Centre Durocher, à Québec, pour participer à ces rencontres de recrutement éclair organisées pour la première fois avec un groupe de travailleurs plus âgés.

« C'est une première dans la région de la Capitale-Nationale, c'était vraiment d'avoir un événement pour eux en placement en emploi, donc les 27 entreprises qui se sont présentées aujourd'hui pour recruter savent qu'ils vont avoir affaire à une clientèle de travailleurs expérimentés », mentionne la coordonnatrice de l'événement, Mélanie Guyon.

Les entreprises qui font face à un manque de main-d'oeuvre sont de plus en plus nombreuses à s'ouvrir à l'embauche de travailleurs plus âgés qui ont encore beaucoup à apporter, souligne Mme Guyon.

« On est encore très productif à 40 ans, 50 ans, 60 ans, [...] c'est des travailleurs qui sont très fidèles en emploi, qui se développent beaucoup en entreprise, qui ont envie d'apprendre encore ».

Seconde carrière

Plusieurs candidats effectuent un changement de carrière ou souhaitent mettre encore à profit leur expertise. C'est le cas de Marie Simard. « J'aimerais encore mettre à profit les talents que j'ai. Le service à la clientèle a toujours été mon dada et c'est une façon de me réaliser qui est fort importante », dit la chercheuse d'emploi.

La formule des rencontres éclair de cinq minutes plaît par ailleurs à Jacques Poulin, un autre candidat. « Je trouve ça bien. Ça permet de cibler rapidement, voir ce qu'on veut et dire vraiment ce qui en est », dit-il.

Les rencontres permettent d'établir un premier contact. Les candidats qui auront retenu l'attention des employeurs seront conviés à une entrevue.

Plus d'articles