Retour

Manque de taxis : Labeaume sceptique face aux promesses de l'industrie

Régis Labeaume n'est pas convaincu par la promesse de l'industrie du taxi de rendre disponibles 300 véhicules aux abords du Centre Vidéotron les soirs de spectacle. Le maire de Québec est excédé par les ratés du service et s'inquiète pour l'image de la ville.

« Il faut que se soit fiable à tous, tous, tous les soirs », insiste Régis Labeaume. La valeur de la nouvelle politique de déploiement de la flotte de taxi de Québec sera jugée selon les résultats obtenus.

« On va voir. Chat échaudé craint l'eau froide », dit-il.

Le maire de Québec soutient que le manque de voitures les soirs de spectacle ne peut plus durer, car il en va de la profitabilité du Centre Vidéotron à long terme.

Régis Labeaume affirme détenir des chiffres qui démontrent que les chauffeurs d'UBER ont effectué entre 200 et 250 raccompagnements lors des spectacles de Pearl Jam et de Justin Bieber.

Il se défend de faire la promotion du service de covoiturage, mais constate que la situation aurait été bien pire sans cette solution de rechange.

« Quand on parle de 200, 250 raccompagnements dans les deux cas en moyenne, c'est beaucoup de monde au total », affirme-t-il.

La LNH au courant

Selon le maire Labeaume, la Ligue nationale de hockey ne peut pas ignorer le manque de taxis aux abords du Centre Vidéotron les soirs de spectacle. La situation pourrait nuire à l'image de Québec auprès de la LNH, avance la maire.

« Je gagerais qu'ils sont au courant, a-t-il déclaré. À chaque fois que je parle et qu'on parle du Centre Vidéotron ou de tout autre sujet corollaire, il y a d'autres gens ailleurs qui savent ce que je dis. »

Une réunion extraordinaire de tous les membres du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) aura lieu lundi afin de déterminer les modalités de la nouvelle politique au Centre Vidéotron.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine