Retour

Marie-Philip Poulin : encore des buts, et plus de leadership

Elle a un don pour marquer dans des moments critiques. Elle a d'ailleurs les buts vainqueurs des deux dernières finales olympiques. Mais Marie-Philip Poulin veut faire plus pour l'équipe canadienne de hockey féminin. L'attaquante québécoise, qui porte un « C » sur son chandail, prend à cœur son rôle de leader. Elle en a parlé à Radio-Canada Sports à l'aube du match préparatoire contre les Américaines à Québec.

Q. Plusieurs vétéranes des Jeux olympiques de Sotchi, comme Hayley Wickenheiser, Caroline Ouellette et Jayna Hefford, ne seront pas à Pyeongchang. Ton rôle dans l’équipe canadienne a-t-il changé depuis leur départ?

Ce sont de très grosses pertes. Ça faisait des d’années qu’elles étaient dans l’équipe. Elles étaient des pionnières d’Équipe Canada.

Quand j’ai commencé en équipe nationale en 2009, elles m’ont pris sous leur aile, elles m’ont aidée à m’intégrer. Elles ont été des mentores pour moi. Avec des filles comme Caroline (Ouellette), Kim (St-Pierre) et Charline (Labonté), j’ai grandi comme joueuse de hockey, mais aussi comme personne. Elles m’ont transmis leurs valeurs et je leur en suis reconnaissante. Avec les années, ces filles-là sont devenues des amies.

J’essaie maintenant de faire ce qu’elles ont fait pour moi à mes débuts : aider les filles de première année pour qu’elles s’intègrent bien à l’équipe.

Mon rôle a changé. Je ne suis pas la fille qui parle le plus, mais je me sens à l’aise de parler davantage dans le vestiaire. Je sors de ma zone de confort. Je peux être une leader en montrant l’exemple.

Je dois chausser de plus gros souliers. C’est une motivation supplémentaire pour moi. Je veux m’améliorer en tant que leader, sur la glace et à l’extérieur.

Q. C’est important pour toi de mener par l’exemple?

Oui, et pas seulement sur la glace. Les tests physiques, par exemple, je prends ça à cœur, comme toutes les autres d’ailleurs. Tu ne peux pas arriver à Calgary au début d’un camp et ne pas être prête.

Je veux que les gens sachent que je travaille fort. J’aime ça me dépasser, suer, être capable de dire que j’ai accompli quelque chose.

Q. Treize joueuses sur les 28 invitées au camp d’Équipe Canada pour Pyeongchang étaient des Jeux olympiques de Sotchi. Il y a donc beaucoup de nouveaux visages. La chimie opère-t-elle déjà avec ces nouvelles joueuses?

La chimie est bonne avec les nouvelles joueuses. On a fait les derniers Championnats du monde et bien d’autres camps ensemble. Les vétéranes veulent qu’elles s’intègrent dans le groupe.

Quand on a commencé, d’autres ont fait la même chose pour nous à nos premiers Championnats du monde, à nos premiers camps. On sentait qu’on faisait déjà partie de l’équipe.

On veut que les nouvelles joueuses se sentent à l’aise de s'exprimer, qu’elles démontrent leurs habiletés. On ne veut pas qu’elles soient stressées.

Q. Les Canadiennes disputeront le 22 octobre à Québec le premier d'une série de matchs préparatoires contre les Américaines. Qu'est-ce que ça représente de jouer ce match à Québec, près de ta Beauce natale?

Ça va être un moment très émouvant d’avoir mes amis et ma famille derrière moi. C’est la première fois que je joue si près de la maison depuis que je suis avec l’équipe canadienne. J’ai déjà joué à Québec, au Tournoi pee-wee, mais pas depuis que je porte ce beau chandail canadien.

Je suis fébrile quand je pense à l’énergie des partisans. Plus on s’approchera du match, plus je serai nerveuse.

Je vais me rappeler de ce moment, assurément. Je peux revenir ici et dire : « Wow, je l’ai fait, j’ai réussi, je joue pour Équipe Canada. »

Q. Quelles sont les forces et les faiblesses de l’équipe canadienne? Et celles des Américaines?

On essaie d’améliorer des choses depuis les Championnats du monde, comme notre jeu de transition. Des fois, on veut tout faire en zone défensive.

Le talent individuel et la vitesse sont des forces. On peut se construire une confiance avec ça.

Les Américaines sont tellement bonnes quand elles jouent ensemble. Elles travaillent bien ensemble. Leur jeu de transition, de la défense à l’attaque, est excellent.

Elles ont aussi d’excellentes joueuses comme Brianna Decker et Hilary Knight. Il faut faire attention quand elles sont sur la glace.

Des fois, on a tendance à jouer de façon plus défensive contre les Américaines, parce que nous sommes nerveuses, mais il faut les attaquer et mettre de la pression.

Q. Comment décrirais-tu la rivalité entre le Canada et les États-Unis?

Ça fait très longtemps que c’est intense. Je me souviens des Jeux de Salt Lake City en 2002, que j’ai vus à la télévision. On pouvait sentir cette rivalité. C’est spécial d'en faire partie quelques années plus tard.

Il y a beaucoup d’émotions et de batailles sur la glace, mais c’est une belle rivalité. Il y a tellement de travail derrière ces matchs.

On ne s’aime pas, on se hait. Il ne faut pas se le cacher. Mais on est guidées par la passion de notre sport.

Les matchs entre le Canada et les États-Unis, ça peut aller d’un bord comme de l’autre. C’est à nous de nous réveiller le matin et d’être prêtes à jouer.

Q. Équipe Canada vise une cinquième médaille d’or olympique de suite à Pyeongchang. Comment vivez-vous avec la pression?

Il y a beaucoup de pression. C’est un gros défi. On a récolté l’argent au dernier Championnat du monde. C’était décevant, mais on veut s’en servir comme motivation.

On sait ce que ça prend pour gagner. Ça va être une grosse année pour nous en tant qu’équipe, pour développer notre chimie.

Q. Est-ce plus difficile de se motiver quand on a déjà gagné deux médailles d’or olympiques à 26 ans?

La motivation est toujours là. À l’aréna, c’est là où je me sens le mieux, où j’ai le plus gros sourire. Je suis entourée de ma deuxième famille.

C’est facile de me lever le matin. Parfois, ça me tente un peu moins, je l’admets, mais ça se replace quand je me rends compte que j'ai une vingtaine de coéquipières, des joueuses qui sont là pour moi. Le pouvoir du sport est tellement fort.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine