Retour

Meurtre de Lyne Massicotte : l'ordinateur d'Alain Perreault passé en revue

Un expert en informatique a témoigné vendredi au procès d'Alain Perreault, accusé du meurtre de Lyne Massicotte. Alain Perreault aurait effacé des milliers de fichiers du disque dur de son ordinateur dans les jours entourant la disparition de la femme.

Un texte de Yannick Bergeron

L'expert informatique de la Sûreté du Québec estime à 8000 le nombre de fichiers effacés entre le 15 et le 18 juillet 2003. Selon l'agent Alain Bouffard, 10e témoin de la poursuite, c'est la plus importante purge dans l'ordinateur de l'accusé. « Je suis remonté jusqu'en 1999 », a-t-il précisé.

Avec un logiciel spécialisé, le policier a retrouvé une série de sites douteux. Alors que Perreault savait que Lyne Massicotte allait lui rendre visite plus tard dans la journée, il se serait inscrit à des sites de groupes de discussion sur les viols dans la nuit du 16 au 17 juillet, vers minuit et demi, selon l'expert.

Le jury a pu voir des photos tirées des sites en question, retrouvées dans l'ordinateur du suspect.

Au lendemain de la disparition de la femme de Chambly, Perreault se serait préoccupé du Code criminel canadien. Selon l'expert, l'accusé a visité le site du ministère de la Justice, où il a examiné les accusations pour les crimes sexuels.

Perreault aurait aussi vérifié ce que le Code criminel prévoit comme peine pour un meurtre. Son intérêt se serait aussi porté sur l'article 182 du Code qui porte sur l'outrage à un cadavre.

Message à Lyne Massicotte

Selon l'expert, Perrault a aussi envoyé un courriel à Lyne Massicotte peu avant 21 h, le jour de sa disparition.

Alors que, selon la poursuite, la femme était déjà morte, Perreault la remercie pour sa visite qu'il aurait espérée plus longue. Il lui indique qu'il croit qu'elle avait quelqu'un d'autre à voir, puisqu'elle a quitté son logement sans revenir.

« Reste que j'ai eu un beau cadeau de fete en avance donc j'ai apprecie pas mal meme si tu es disparue vite par apres hehe [sic] », écrit Perreault.

Il ajoute à l'intention de la disparue qu'elle aurait dû l'aviser qu'elle ne reviendrait pas. « T'avais juste a me le dire que tu voulais que du sexe [sic] », poursuit-il. Perreault lui demande enfin de lui répondre afin de savoir si elle va bien.

Son courriel est resté sans réponse, et Lyne Massicotte n'a jamais été revue vivante.

Le jury a été libéré pour la fin de semaine. La poursuite reprendra la présentation de sa preuve lundi. Les quatre agents d'infiltration qui ont piégé Perreault viendront défiler à la barre des témoins. Des mesures de sécurité seront mises en place pour protéger leur identité.

Plus d'articles

Commentaires