Retour

Migrants : les Haïtiens de Québec se mobilisent

La communauté haïtienne de Québec se mobilise devant l'arrivée possible de réfugiés dans la région. « Nous sommes en état d'alerte », lance le président de l'Association haïtienne de Québec, Charles Madet.

Des dizaines d'Haïtiens en provenance des États-Unis traversent chaque jour la frontière illégalement à Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec, parce qu’ils craignent d’être renvoyés dans leur pays d’origine par l’administration Trump.

À la fin de la semaine dernière, près de 1600 demandeurs d’asile étaient logés dans une résidence temporaire, la plupart au stade olympique. Ils sont plongés dans une situation précaire qui préoccupe énormément l’Association haïtienne de Québec.

Toujours pas de demande

L'Association haïtienne de Québec n’a toujours pas été sollicitée dans ce dossier, mais elle se dit prête à venir en aide à quiconque en fera la demande.

« On mobilise les gens de la communauté au cas où il y aurait des proches qui décideraient de s'installer à Québec. La majorité va à Montréal ou Ottawa. La plupart des [migrants] qui s'installent à Québec, c'est parce qu’ils ont déjà des connaissances ou de la famille ici », explique M. Madet.

Trois besoins de base doivent être rapidement comblés dès l’arrivée de réfugiés.

« Se loger, se nourrir et se vêtir », énumère M. Madet. « On veut jouer le rôle de catalyseur, de pont entre ces gens-là et les différentes organisations qui peuvent ensuite les aider à s’installer ».

La Ville de Québec affirme également n’avoir reçu aucune demande officielle venant de réfugiés. Elle est toutefois sensible à la situation et prête à intervenir au besoin, selon sa porte-parole, Rose-Marie Ayotte.

« On a des plans d’intervention qui existent pour des situations du genre. On a un potentiel d’accueil à Québec. On en a un bon exemple avec l’accueil des réfugiés syriens en 2015 et en 2016. On peut favoriser leur accueil ».

Environ 1 500 personnes d'origines haïtiennes vivent dans la région de Québec, selon l’estimation de M. Madet.

D'après les informations de Maxime Corneau

Plus d'articles

Commentaires