Retour

Mobilité durable : la rive sud évacuée des plans de Labeaume

Régis Labeaume ignore encore quel mode de transport en commun sera retenu au terme des consultations publiques sur la mobilité durable. Il sait toutefois d'ores et déjà que le « projet structurant » qui se dégagera de cet exercice populaire ne se rendra pas sur la rive sud.

Un texte de Louis Gagné

Le maire de Québec n’a toujours pas digéré la décision de son homologue de Lévis, Gilles Lehouillier, de laisser tomber le service rapide par bus (SRB). Un abandon qui a signé l’arrêt de mort du projet.

Échaudé par cette saga, Régis Labeaume n’a pas l’intention de recommencer l’exercice. Il entend se concentrer uniquement sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent.

« J’ai trouvé ça extrêmement difficile d’avoir un partenaire qui, après huit ans, me lâche là, sans m’en informer moi-même. Ç'a été douloureux cette affaire-là alors, là, moi je pense à la rive nord. C’est ça qui m’importe », a-t-il déclaré vendredi.

Consensus

Dans le cadre des consultations sur la mobilité durable, la Ville de Québec tient jusqu’à samedi des séances d’audition pour les citoyens et les groupes qui souhaitent présenter le mémoire qu’ils ont déposé.

Jusqu’ici, de nombreux participants ont plaidé en faveur de l’implantation d’un système lourd de transport en commun pour mieux desservir la population. Régis Labeaume partage cette idée.

« Moi, c’est assez simple, je pense encore que ça prend un mode structurant, on va l’appeler de même. J’ai pas changé d’idée. On est dans une philosophie actuellement de tout analyser, toutes les options, même si elles sont quasi farfelues », a précisé le maire.

Régis Labeaume dit également avoir constaté, avec la population, que le futur projet devra se rendre dans la couronne nord et dans l'est de la ville.

Il affirme qu’un système de transport en commun structurant est essentiel au développement économique de Québec.

Plus d'articles

Commentaires