Retour

Mobilité durable : nouveau plaidoyer pour un laissez-passer universel

Les deux grandes associations étudiantes de l'Université Laval profitent des consultations sur la mobilité durable pour réitérer leur proposition de mettre en place un laissez-passer universel de transport en commun.

La Confédération des associations d'étudiants et étudiantes de l'Université Laval (CADEUL) et l’Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIES) ont déposé un mémoire à la Ville de Québec dimanche. Elles avaient jusqu’à 23 h 59 pour le faire.

La CADEUL et l’AELIES souhaitent que les étudiants qui fréquentent l’Université Laval aient accès à l’ensemble du réseau métropolitain de transport en commun, ce qui inclut le Réseau de transport de la capitale et la Société de transport de Lévis.

Les deux regroupements étudiants avaient formulé cette demande pour la première fois en 2010. Le laissez-passer universitaire d’autobus (LPU) serait en partie financé par une contribution des étudiants pour le transport en commun.

Bénéfices

« Depuis 2010, le dossier n’a jamais été abandonné puisque nous sommes convaincus de ses bénéfices. Nous sommes prêts à collaborer avec le maire et les acteurs concernés pour l’implantation de ce projet », a expliqué le président de l’AELIES, Pierre Parent Sirois.

Son collègue à la CADEUL, Samuel Rouette-Fiset, a affirmé pour sa part que l’implantation d’un LPU améliorerait la condition des étudiants qui fréquentent l’Université Laval.

« C’est exactement pour cette raison que nous poursuivons, aux côtés de l’AELIES et de l’administration de l’Université Laval, nos efforts pour réaliser le projet de laissez-passer universitaire d’autobus », a-t-il dit.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine