Retour

Moins d'heures de soins à domicile pour un couple touché par plusieurs maladies

La famille Guénard de Limoilou, durement touchée par la maladie, a vu son nombre d'heures de soins à domicile diminué de six heures. Cette réduction de service survient alors que le père de famille a reçu trois diagnostics de cancer, dont deux en phase terminale. La députée Agnès Maltais a porté cette cause jusqu'à l'Assemblée nationale pour que la famille retrouve les mêmes soins qu'avant.

Un texte de Pascale Lacombe

Le premier diagnostic est tombé sur la famille à la fin des années 90. Linda, la mère de famille, est atteinte de sclérose en plaques. Le père Yvan Guénard décide alors de ne plus être couvreur de toit afin de devenir aidant naturel pour sa femme et leur plus jeune fils atteint du trouble de l'autisme. « Je m'occupais des deux. J'ai dû lâcher ma job parce que je n'étais pas capable », dit-il.

Or, la maladie a aussi frappé à nouveau l'an dernier. Cette fois, c'est M. Guénard qui reçoit un diagnostic : trois cancers, dont deux en phase terminale. « Ç'a été une tumeur au cerveau, après ça, ça a été la prostate et les vertèbres. »

Depuis les années 90, sa femme recevait 23 heures de service pour l'aider à se lever, se coucher, pour la cuisine et pour l'entretien ménager. C'est après l'hospitalisation d'Yvan Guénard au printemps que les heures de soins à domicile ont été réduites. Elles sont passées de 23 à 17, réduisant ainsi l'aide pour les tâches ménagères. « On nous a dit qu'on avait trop d'heures », relate Yvan Guénard, sans pouvoir donner plus d'explication.

Ne sachant pas la raison pour laquelle l'aide a été diminuée alors que la santé des parents se détériore, les Guénard ont interpellé leur députée. Agnès Maltais travaille depuis deux mois pour obtenir des réponses pour la famille. La semaine dernière, elle a questionné le gouvernement à ce sujet.

« Le CIUSSS a eu une demande de comprimer, donc, il révise toutes les situations et essaie d'aller chercher de l'argent partout. Mais là, s'il-vous-plaît, pas dans cette famille-là. Pas chez les gens que le malheur a frappés année après année », dénonce Agnès Maltais.

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, affirme qu'il n'y a pas eu de coupes au CIUSSS de la Capitale-Nationale. Elle précise que les services sont donnés différemment.

« On est dans une population vieillissante et il y a de plus en plus de demandes de services. Oui, il y a peut-être moins d'heures pour cette personne-là, pour certains services, mais ce n'est pas moins de service au total », affirme Mme Charlebois.

Elle rappelle qu'il y a plus de 1,2 milliard de dollars investis en soins à domicile. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et Mme Charlebois sont tous les deux chargés des soins à domicile.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?