Retour

Mort du couple de Colombiens : Mgr Lacroix appelle à la générosité

L'archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix est « personnellement bouleversé » par la mort d'un couple de Colombiens et de leur enfant à naître dans un accident de la route dimanche à Limoilou et appelle à la solidarité des gens de Québec pour venir en aide aux familles des victimes.

Mgr Lacroix, qui a été missionnaire pendant plusieurs années en Colombie, est proche de la communauté hispanophone de Québec. « Ce n'est pas juste la communauté colombienne de Québec qui va se mobiliser, c'est toute la communauté diocésaine », a fait savoir Jasmin Lemieux-Lefebvre, directeur des communications de l'Église catholique de Québec.

L'archevêque invite la population à être généreuse pour aider les familles de Julian Esteban Muneton Vasquez, et sa femme, Ingrid Carolina Zamorano Pabon, enceinte de 8 mois, à défrayer les coûts de leur voyage au Québec pour venir assister aux funérailles.

« On pense que c'est important pour vivre ce deuil qu'ils puissent être présents, que l'élément financier ne soit pas un élément qui les empêche de se déplacer et de vivre avec la communauté de Québec ce moment important », souligne M. Lemieux-Lefebvre.

La population peut donner des dons directement à la paroisse Notre-Dame-de-Foy, au 3155 chemin des Quatre-Bourgeois à Québec.

Une messe en espagnol sera par ailleurs célébrée dimanche à 11 h à l'église Notre-Dame-de-Foy, que fréquentait le couple. Toute la population y est d'ailleurs conviée, indique le porte-parole de l'Église catholique de Québec.

Mgr Lacroix ne pourra y être puisqu'il a déjà un engagement pour célébrer un mariage dans sa famille aux États-Unis, mais il enverra un message en espagnol à la communauté, a fait savoir M. Lemieux-Lefebvre.

L'archevêque verra également si son horaire lui permet de célébrer les funérailles des victimes, dont la date n'est pas encore fixée. On attend l'arrivée des familles au Québec pour tenir la cérémonie.

« On est vraiment en communication avec la communauté locale. Tout est sur la table. On va explorer ça très attentivement », indique Jasmin Lemieux-Lefebvre.

Plus d'articles

Commentaires