Retour

Mort du petit Nathan : Nicolas Lacroix coupable d'homicide involontaire

Nicolas Lacroix est reconnu coupable de l'homicide involontaire du petit Nathan Lecours, 2 ans, tué d'une décharge d'arme à feu en 2012 à Lévis. L'homme de 39 ans était accusé d'homicide involontaire et de négligence criminelle causant la mort.

La juge Chantale Pelletier a conclu qu'il avait utilisé une arme à feu de manière négligente. Le chef d'accusation de négligence criminelle est suspendu en raison de la condamnation pour homicide involontaire.

Durant le procès, Nicolas Lacroix avait plaidé l'accident et avait fait valoir qu'il n'avait jamais eu l'intention de faire du mal à qui que ce soit.

La juge Pelletier établit qu'il est clair que l'accusé n'a pas voulu causer la mort de l'enfant, mais estime qu'il ne s'agit pas d'une simple malchance. Les décisions prises par l'accusé constituent un écart marqué par rapport à ce qu'aurait fait une personne raisonnable, note-t-elle dans son jugement.

« Apporter une arme à feu à une personne qui ne connaît pas les armes dans le but qu'elle l'utilise; manipuler et charger l'arme alors que la mère et l'enfant sont près de lui et de l'arme; pointer l'arme dans une direction qui n'est pas sécuritaire; toutes ces actions constituent une conduite qui s'écarte de la norme de diligence qu'observerait une personne raisonnable dans les circonstances. »

La juge Pelletier retient par ailleurs que Nicolas Lacroix était sous l'influence de l'alcool au moment des faits, soulignant qu'alcool et arme à feu ne font pas bon ménage.

Peine minimale de 4 ans

Nicolas Lacroix encourt une peine minimale de quatre ans d'emprisonnement. La poursuite a l'intention de demander davantage.

« Compte tenu de la présence d'alcool dans le dossier qui dépassait gandement le 80 mg, à peu près le double, j'entends pour plusieurs raisons demander une peine un peu plus élevée que la peine minimale », a fait savoir la procureure de la Couronne, Me Sarah-Julie Chicoine.

Pour sa part, Nicolas Lacroix, qui se défend seul, souhaite une peine plus clémente. « Je vais plaider la peine injuste et cruelle », a-t-il dit.

Pour ce faire, il lui faudra attaquer la constitutionnalité de la peine minimale. Nicolas Lacroix a fait savoir qu'il comptait demander l'aide d'un avocat pour l'étape des recommandations sur la peine.

Libéré en attendant la suite

La poursuite a tenté, en vain, d'obtenir l'incarcération immédiate de Nicolas Lacroix, puisqu'il n'est plus présumé innocent. Comme il a respecté toutes les conditions de remise en liberté depuis le début du processus, la juge n'a pas accepté la demande. L'homme demeure donc libre pour le moment.

La famille de la victime aurait souhaité qu'il soit incarcéré sur-le-champ. La grand-mère de Nathan Lecours, Micheline Lecours, rejette les prétentions de Nicolas Lacroix qui estime la peine minimale cruelle dans son cas.

« C'est comme si lui, il était là pour aider. Mais quand tu sais qu'il y a un enfant dans la maison, tu n'arrives pas avec une arme chargée. »

Le dossier reviendra en cour le 4 février pour qu'un avocat puisse comparaître et que soit fixée la suite du calendrier.

En mai 2012, Nicolas Lacroix s'était rendu au domicile de la mère du bambin pour lui expliquer le fonctionnement d'une arme à feu pour qu'elle se défende contre un harceleur. Un coup de feu était parti, tuant le petit Nathan sur le coup.

D'après les informations de Yannick Bergeron

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine