Retour

Morts dans la tempête : une pousuite toujours envisagée

La famille de Pierre Thibault, mort sur la route ensevelis dans une tempête, envisage toujours une poursuite contre l'État québécois, malgré la sortie du rapport du coroner qui révèle que sa mort et celle de Michaël Fiset sont liées à une série de mauvaises décisions et à de la malchance.

Les deux collègues de travail ont été retrouvés sans vie dans un véhicule à Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud, l'an dernier.

Valérie Tanguay allait célébrer ses quatre ans de vie commune avec Pierre Thibault le 15 mars 2017, elle a plutôt appris le décès de son conjoint ce jour-là.

Après la lecture du rapport du coroner sur la tragédie, elle convient, comme le souligne le coroner Malouin, que la première erreur a été commise par les deux victimes. « Mais ce n'était pas une raison de les laisser là », ajoute-t-elle.

Dans son rapport, le coroner souligne une certaine inefficacité de la Sûreté du Québec (SQ) puisque les policiers motoneigistes ont mis deux heures avant de se diriger vers Pierre Thibault et Michaël Fiset.

C'est sur cet élément que les proches de Pierre Thibault et leur avocat Marc Bellemare se basent pour envisager une éventuelle poursuite civile contre la SQ et le ministère des Transports (MTQ).

Avant d'en arriver là, l'avocat compte faire une demande d'indemnité à la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) « parce que ce serait un décès qui serait causé par l'intoxication [au monoxyde de carbone] donc par l'usage d'un véhicule automobile ».

La jurisprudence est controversée pour ce genre de demande, explique Me Bellemare, mais si l'indemnité est accordée il n'y aura pas de recours civil possible.

Apprendre de la tragédie

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, assure que la SQ se penchera sur les conclusions du rapport du coroner qui soulève notamment un délai déraisonnable avant que les policiers puissent porter secours aux deux hommes en détresse.

Son homologue au MTQ, André Fortin, croit qu'il est important de sensibiliser la population aux risques de la conduite hivernale.

Il faut parler plus régulièrement des dangers auxquelles on s'expose lorsque l'on prend la route dans une tempête, estime M. Fortin, « pas seulement communiquer ce qui se passe sur les routes, mais aussi communiquer les risques ».

Des excuses demandées

Les proches de Pierre Thibault attendent des excuses du premier ministre Philippe Couillard depuis plus d'un an.

La conjointe et la soeur du défunt soulignent que les automobilistes qui ont été pris dans leur voiture sur l'autoroute 13 ,le même soir, ont eu droit à des excuses officielles à peine quelques jours plus tard.

Plus d'articles