Retour

Nathalie Normandeau ne récupérera pas son salaire d'animatrice

Nathalie Normandeau perd une première manche contre son ancien employeur Cogeco. L'ex-animatrice radio du FM93 ne pourra récupérer son salaire en attendant que la contestation de son congédiement soit entendue sur le fond.

Cogeco, propriétaire du FM93, a mis fin au contrat de l'ex-politicienne quelques semaines après son arrestation par l'Unité permanente anticorruption (UPAC), le 17 mars dernier.

Nathalie Normandeau poursuit son ex-employeur pour 722 500 $ pour congédiement illégal, soit l'équivalent de son salaire jusqu'à la fin de son contrat en août 2019 (572 000 $) et des dommages moraux et punitifs (150 000 $).

La juge Suzanne Ouellet, de la Cour supérieure, rejette sa demande d'ordonnance de sauvegarde. « La privation de rémunération pendant un certain temps ne constitue pas un préjudice irréparable puisqu'elle sera, le cas échéant, compensée suite à un jugement final qui invaliderait le congédiement », écrit la magistrate.

Lors de l'audition de la requête à la fin de mai, les avocats de l'ex-animatrice plaidaient le critère d'« urgence », faisant valoir que l'absence de salaire avait de graves conséquences pour Mme Normandeau, qui doit assumer les frais de son procès au criminel.

La juge souligne que « Mme Normandeau n'est pas sans ressource ni actifs » et que « l'insécurité financière est le lot de bien des justiciables qui font face à la justice ».

La cause sera entendue sur le fond ultérieurement.

Nathalie Normandeau est aussi en attente d'un procès pour fraude, complot et abus de confiance, corruption de fonctionnaires et utilisation de la charge publique pour obtenir des faveurs, alors qu'elle était députée, puis ministre du Parti libéral du Québec de 2000 à 2012.

Plus d'articles

Commentaires