Retour

Nathalie Normandeau : Phillipe Couillard demeure prudent

Le premier ministre Philippe Couillard défend sa décision de couper les liens avec l'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, qui fait face à la justice.

L'ex-politicienne devenue animatrice de radio a dénoncé, mardi après-midi durant son émission, le mot d'ordre donné par le bureau du premier ministre pour interdire aux ministres de lui accorder des entrevues. Nathalie Normandeau a découpé en direct sa carte du Parti libéral, malgré la décision du comité exécutif du parti il y a quelques jours de ne pas modifier son statut de membre.

Questionné à ce sujet, le premier ministre Couillard reconnaît que Nathalie Normandeau a droit à la présomption d'innocence, c'est pourquoi son parti acceptait toujours qu'elle soit membre du PLQ. 

Phillipe Couillard dit néanmoins appliquer aussi le principe de précaution dans ce dossier pour s'assurer qu'aucun élu ne fasse une erreur qui pourrait avoir un impact judiciaire.

« Humainement, je trouve que c'est une situation excessivement difficile. Je connais bien Mme Normandeau, c'est une bonne collègue de travail. [...] Ceci dit, on est le gouvernement qui est engagé dans une cause judiciaire à laquelle elle participe, alors il faut qu'on soit prudents ».

« Un geste de communication »

De son côté, le ministre des Transports, Laurent Lessard, souligne que Nathalie Normandeau est une femme de caractère et a profité de la présence des médias à sa première émission pour faire un coup d'éclat. « C'était scénarisé, mais c'est son moyen qu'elle a choisi pour exprimer ça, alors, c'est Nathalie. »

La ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, parle d'un geste de communication. « Elle a le droit à la liberté d'expression comme elle a droit à la présomption d'innocence. C'est un geste de communication. »

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, estime que le geste de Nathalie Normandeau est un moyen de faire mousser sa station de radio. « Elle est animatrice de radio, une radio commerciale dans laquelle elle doit développer une cote d'écoute, et elle a fait un coup d'éclat, point. »

L'ancienne vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau, a commenté mardi à son micro de la station BLVD 102,1 les accusations qui pèsent contre elle. Elle affirme n'avoir pas commis d'actes criminels.

Nathalie Normandeau, qui a été arrêtée en mars par l'Unité permanente anticorruption, fait face à des accusations de complot, corruption, fraude envers le gouvernement et abus de confiance.

Plus d'articles

Commentaires