Retour

Normes sismiques : l'Institut de cardiologie et pneumologie victime d'une erreur d'ingénierie

Des travaux importants sont en cours à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) sur des bâtiments récents qui ne respectent pas les normes en cas de séisme majeur. Une erreur d'ingénierie est à l'origine de la situation.

Un texte de Maxime Corneau

Radio-Canada a appris que les pavillons A et U du centre de recherche de l'hôpital sont non conformes. Le premier bâtiment a été construit en 2008 et le pavillon U a été agrandi la même année.

La firme responsable de l’ingénierie des deux bâtiments, l'entreprise AECOM, a avisé l’IUCPQ que ses employés avaient commis une erreur.

Dans le cas du pavillon A, la firme a relevé des irrégularités dans les plans et devis que ses ingénieurs ont produits. Concernant le pavillon U, c'est une firme qu’elle a rachetée, l’entreprise Techsult, qui est à l'origine des erreurs.

« Ces derniers ont accepté d'assumer leur pleine responsabilité en assumant les coûts qui en découlent », explique Joël Clément, l’adjoint au président-directeur général de l’établissement.

Les travaux correctifs effectués jusqu'à présent dans le pavillon A ont coûté 1,6 million de dollars. Les modifications nécessaires au pavillon U ne sont toujours pas estimées.

La direction de l’IUCPQ tient à se faire rassurante face à la situation. « L’usage quotidien est parfaitement sécuritaire », assure Joël Clément. Il précise d’ailleurs que l’entreprise AECOM a eu un « comportement exemplaire » dans la gestion de ces dossiers.

Selon M. Clément, les bâtiments ne risquent pas de s’effondrer en cas de séisme et ne présentent aucun risque pour les employés et les usagers.

« En cas de séisme majeur (magnitude de 7) l’intégrité structurale des bâtiments pourrait être compromise, mais n’implique pas un risque d’effondrement », précise par écrit l'adjoint au PDG de l'IUCPQ.

Dans le cas du pavillon A, les travaux pour rendre le bâtiment conforme aux normes devraient être terminés d’ici décembre 2017.

Des études sont aussi réalisées pour déterminer l'ampleur des modifications à effectuer pour le pavillon U. Les travaux dans ce secteur devraient s’amorcer à la fin de 2018. L’entreprise AECOM a décliné notre demande d’entrevue.

Des travaux sont par ailleurs prévus l'an prochain pour rehausser la résistance aux tremblements de terre du pavillon Notre-Dame. Joël Clément précise toutefois que pour ce bâtiment construit en 1930, il s’agit d’un dossier de « vétusté » et non pas d’une erreur d’ingénierie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine