Retour

Nouvelles règles de construction : près de 350 terrains touchés à Lac-Beauport

Les nouvelles mesures de protection de l'eau potable dans le nord de la couronne de Québec pourraient empêcher toute construction sur 340 terrains à Lac-Beauport. Et c'est sans compter un potentiel d'au moins 150 terrains supplémentaires que la municipalité devra renoncer à exploiter en zone montagneuse.

Les chiffres sont tirés d'une analyse effectuée par les Services de l'urbanisme et du développement durable, des permis et inspections de Lac-Beauport. Dans le document daté du 7 mars et obtenu par Radio-Canada, les auteurs concluent que la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) « s'attaque directement aux pouvoirs mêmes de la municipalité de Lac-Beauport de contrôler son développement et d'aménager son territoire ».

Plus loin, on peut lire que le règlement de contrôle intérimaire (RCI) sur la protection du bassin versant du lac Saint-Charles porte atteinte « aux différentes facettes du droit à la propriété » et que les répercussions financières pour les résidents et la municipalité peuvent être estimées « à plusieurs dizaines de millions de dollars ».

Le document détaille l'impact appréhendé des nouvelles restrictions encadrant la construction, notamment l'interdiction de bâtir dans des pentes supérieures à 15 % et l'obligation de raccorder toute nouvelle construction au système d'égout et d'aqueduc de la municipalité.

Ainsi, sur les chemins Tour-du-lac, des Lacs et dans les secteurs des lacs Bleu et Morin, 100 terrains seront déclarés inconstructibles.

Du côté du mont Cervin, près du lac Tourbillon et le long des chemins de l'Éperon et du Moulin, la Ville évalue que 68 terrains seront touchés.

Finalement, aux monts Saint-Castin, Tourbillon et sur les chemins des Îlots, du Boisé et de la Seigneurie, 173 terrains ne pourront être exploités.

La Ville de Lac-Beauport évalue par ailleurs que son potentiel de développement à long terme sera aussi affecté. Au moins 150 terrains ne pourront jamais recevoir de bâtiment si le RCI est adopté, le 15 mars prochain.

La mairesse rassurante

La mairesse de Lac-Beauport et préfète de la MRC de la Jacques-Cartier, Louise Brunet, minimise les chiffres compilés par son administration. Selon elle, il est prématuré d'avancer que des centaines de terrains ne pourront être exploités.

« La CMQ va nous octroyer des dérogations. Les gens ne seront pas laissés à eux-mêmes après l'adoption du règlement », a-t-elle insisté lorsque nous l'avons jointe au téléphone.

À l'image de la mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele, elle dit comprendre l'inquiétude de nombreux propriétaires, mais assure que chaque dossier sera étudié avec professionnalisme et sensibilité.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine