Retour

Offrir des gourmandises à ses ancêtres pour le Nouvel An chinois

Une quantité considérable de sucreries et de gâteaux font leur apparition sur les tablettes des épiceries asiatiques de la région de Québec. Selon les traditions entourant le Nouvel An chinois, certaines gourmandises seront offertes aux ancêtres en échange de leur bienveillance.

Une chronique d’Allison Van Rassel

Né au Québec d’un père Laotien et d’une mère chinoise, la famille de Phousackda Sinaothai, gérant de l’épicerie asiatique La Montagne Dorée située à Saint-Sauveur, célèbre le Nouvel An chinois selon les traditions bouddhistes de la Chine.

Pour bien commencer la nouvelle année, des fruits et légumes frais, des vêtements et de l'argent sont offerts aux ancêtres. Des offrandes qui visent à plaire aux esprits des défunts afin qu'ils puissent porter chance.

« On donne en offrande ce que nos ancêtres aimaient manger, explique Phousackda Sinaothai. Mon grand-père aimait bien la liqueur et l’alcool, alors on lui donne une canette de Pepsi et une bouteille de cognac. »

Les offrandes sont déposées sur une grande table avec des plats cuisinés à partir de porc, de canard et de poulet. Tout est dégusté en famille une fois le soleil couché.

Les vêtements et l'argent sont par la suite brûlés, « de la fausse », précise-t-il.

Offrandes fruitées

Plusieurs produits importés directement de l’Asie ont été commandés pour répondre aux besoins des différentes communautés asiatiques de Québec.

« La nationalité et les croyances déterminent le type d’offrande, précise Phousackda. Par exemple, les Vietnamiens préfèrent offrir des fruits confits que des fruits frais. »

Selon les croyances vietnamiennes, les fruits confits sont dégustés lors des célébrations, car ceux-ci annoncent une douce et heureuse année.

Recettes traditionnelles

Cliente régulière de l'épicerie La Montagne dorée, Zhang Qiao célèbre le Nouvel An en famille avec des amis québécois. Arrivée à Québec depuis six ans, elle cuisine des recettes traditionnelles de sa ville natale de Fushun, située dans la province de Liaoning dans le nord-est de la Chine.

« Je cuisine souvent un poisson entier, le plus frais disponible, explique-t-elle. Je fais aussi des raviolis et un Nian Gao. » Ce dernier est fait avec de la farine de riz glutineux et du sucre puis cuit à la vapeur.

Selon les croyances de Mme Qiao, plus il y a de couleurs dans les plats dégustés lors des célébrations du Nouvel An chinois, plus la nouvelle année s'annonce prospère.

Plus d'articles