Retour

Oléoduc Énergie Est : « le travail n'est pas bien fait », s'inquiète Gilles Lehouillier

S'il avait à trancher maintenant, le maire de Lévis dirait non au projet d'oléoduc Énergie Est de Transcanada. Les rapports d'experts externes produits pour la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) confirment ses inquiétudes.

« Nos experts disent que malheureusement TransCanada ne répond pas à nos questions », a soutenu Gilles Lehouillier en entrevue à Radio-Canada cet après-midi.

Le maire de Lévis veut avoir des réponses claires sur la sécurité du projet et la protection des prises d'eau potable. Il soulève notamment que TransCanada devrait payer l'aménagement d'une prise d'eau en amont d'un éventuel oléoduc pour sécuriser l'alimentation en eau potable en cas d'incident.

« On a toujours dit que si on ne répond à nos questions sur les prises d'eau potable, ça va être non », rappelle M. Lehouillier.

À l'hôtel de ville de Québec, l'opposition demande au maire Labeaume de s'opposer au projet Énergie Est à la lumière des conclusions des rapports d'experts.

« Le maire joue sur les deux tableaux : il traite d'incompétents les promoteurs d'Énergie Est, mais dit appuyer le projet d'oléoduc. Or, le maire doit cesser ce jeu, faire siennes les importantes préoccupations des experts et défendre les intérêts de la région », a affirmé le chef de l'opposition Paul Shoiry par voie de communiqué.

Régis Labeaume n'a pas commenté le dossier jeudi.

Les audiences du Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de Transcanada se poursuivront à la fin d'avril. TransCanada devra aussi obtenir l'autorisation de l'Office national de l'énergie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine