Retour

Olympiques : l'enthousiasme de Régis Labeaume accueilli avec prudence

Les élus et gens d'affaires de Québec demeurent prudents quant à une éventuelle candidature olympique, malgré l'enthousiasme démontré par Régis Labeaume, qui a rencontré des représentants du Comité international olympique, à Lausanne.

La Chambre de commerce et d'industrie de Québec estime qu'il est « prématuré » de prendre position, mais confie avoir déjà fait « un tour d'horizon » pour sonder l'opinion de ses membres.

« On va attendre de voir les tenants et aboutissants avant de prendre un engagement quelconque. Je pense qu'il faut attendre de voir vraiment quelles sont les conditions qui vont permettre de réaliser les Jeux olympiques à Québec », indique Alain Aubut, président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie.

Les gens d'affaires veulent « un plan d'affaires » et un « budget cohérent » avant de prendre position, dit-il.

Alain Aubut souligne également l'« enjeu » de la mobilisation. Si elle entend aller de l'avant avec une candidature olympique, la Ville devra rassembler la population, la communauté d'affaires et les gouvernements derrière son projet, souligne-t-il.

Le premier ministre du Québec se montre pour l'instant ouvert à tenir des Jeux olympiques à Québec, mais à certaines conditions.

Ottawa à l'écoute

Du côté d'Ottawa, le député de Québec et ministre fédéral Jean-Yves Duclos a déjà abordé le dossier avec le maire Labeaume et a prévu faire le point avec lui à son retour de Lausanne.

Comme professeur d'économie à l'Université Laval, il a supervisé l'étude d'un étudiant, en 1996, qui démontrait que des Jeux d'hiver en 2002 auraient été rentables pour la région de Québec. L'analyse des coûts et bénéfices faisait état de retombées économiques de 216 millions de dollars. Mais le ministre rappelle que la facture des Jeux a grimpé en flèche depuis. 

« C'est un dossier assez complexe, qui demande d'ailleurs une très bonne collaboration entre les différents niveaux de gouvernement. C'est ce que j'ai l'intention de continuer lorsque j'aurai l'occasion de revoir M. Labeaume dans quelque temps. »

L'opposition contre des Jeux

Le parti d'opposition à l'hôtel de ville de Québec ne croit pas le maire lorsqu'il martèle qu'il n'est « pas en mode olympique ». Encore aujourd'hui, Régis Labeaume a dit être « en mode analyse ».

Pour le chef de l'opposition, Paul Shoiry, le maire sait très bien où il s'en va. « Je pense qu'il avait dans son idée dès le départ de monter une candidature olympique. Il a fait croire qu'il n'était pas en mode olympique, il va revenir en mode olympique, on l'avait prévu, on l'avait dit. C'est sa façon de fonctionner », soutient l'élu de Démocratie Québec.

Paul Shoiry met en doute la faisabilité de réaliser des Jeux à coûts modestes. Il estime que les Jeux de Lillehammer, le modèle cité par Régis Labeaume, n'est pas un exemple de succès en terme de retombées à long terme. 

« Je ne connais personne qui est allé visiter Lillehammer après les Jeux olympiques. Je pense qu'on essaie de nous embarquer dans un projet qui va nous coûter énormément cher et je ne pense pas que ça va apporter grand-chose à la population », soutient Paul Shoiry.

Régis Labeaume poursuit sa mission à Lausanne jusqu'à vendredi.

Plus d'articles

Commentaires